Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

5000 m² dédiés à la médecine bucco-dentaire : Reims inaugure son nouveau pole d’odontologie

Une surface de 5000 m² sur 4 niveaux, 80 fauteuils dentaires répartis en sept secteurs de soins, un laboratoire de prothèse, une zone administrative et d’enseignement...D'une architecture élégante et apaisante le nouveau pôle d'odontologie du CHU de Reims, inauguré ce 26 janvier 2018, est conçu pour dispenser l’ensemble des soins en médecine bucco-dentaire et chirurgie orale.

Une surface de 5000 m² sur 4 niveaux, 80 fauteuils dentaires répartis en sept secteurs de soins, un laboratoire de prothèse, une zone administrative et d’enseignement…D’une architecture élégante et apaisante le nouveau pôle d’odontologie du CHU de Reims, inauguré ce 26 janvier 2018, est conçu pour dispenser l’ensemble des soins en médecine bucco-dentaire et chirurgie orale.  

Sécurité, accessibilité, calme et beauté

Composée de matériaux choisis pour leurs qualités esthétiques et pour leur durabilité (bois, béton, terrasses végétalisées), le nouveau bâtiment arbore des espaces extérieurs garantissant une visibilité, une accessibilité et une sécurité optimales: traitement qualitatif du sol, cheminements simples et continus, séparation claire des flux piétons et véhicules pour une sécurité accrue, espaces paysagers…Il permet le regroupement sur un site unique d’activités aujourd’hui réalisées sur deux sites: le service dentaire de l’Hôpital Maison Blanche et celui de l’Hôpital Sébastopol.
Un secteur de soins de 5 fauteuils est spécifiquement adapté et dédié à l’accueil et la prise en charge des patients âgés dépendants, notamment hébergés en EHPAD, des personnes en situation de handicap et des patients hospitalisés au sein des autres services du CHU.
Le bâtiment est également doté d’un secteur interventionnel de deux salles répondant aux normes de qualité ISO 5 et ISO 7 et permettant de réaliser les actes interventionnels de chirurgie orale dans un environnement adapté et performant.

Un pôle de référence en Champagne-Ardenne

Assurant une activité de recours et de référence sur le territoire de Champagne-Ardenne, l’établissement rémois prend aussi en charge avec cette nouvelle entité les pathologies buccales, les douleurs oro-faciales et les dysfonctions des articulations temporo-mandibulaires. Le Pôle est, à cet égard, centre de compétence des maladies rares orales et dentaires (O-Rares).
Le Pôle assure également une activité importante de formation auprès des futurs professionnels de santé, médicaux et non médicaux, en lien avec la Faculté d’Odontologie de l’Université Reims Champagne-Ardenne. Il se montre en outre fortement investi dans la recherche. Un Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC) sur les effets du tissu osseux sur la génération de thrombine, retenu par le Ministère de la Santé y est ainsi actuellement mené.

Le bâtiment a été conçu pour améliorer les conditions de travail des professionnels ainsi que des étudiants hospitaliers

Une conception issue d’une démarche participative

Le nouveau bâtiment a été conçu conjointement avec les professionnels médicaux et soignants du Pôle, en vue de permettre une prise en compte optimale des besoins de chacun. Cette démarche participative se manifeste concrètement dans l’intégration de réflexions approfondies sur l’ergonomie des postes de travail, la sécurisation des locaux, la qualité de vie au travail, le déploiement de nouvelles solutions numériques ou l’organisation de circuits différenciés.
Les flux professionnels sont clairement différenciés, et un ascenseur sera dédié à la logistique. Les déplacements et le port de charges lourdes sont largement réduits du fait de l’installation d’un système de transport du matériel par pneumatique. Une attention particulière a été portée à l’ergonomie des postes de travail des personnels administratifs (accueil assis/assis par exemple) et des zones logistiques et box de soins (paillasses à hauteur variable, ergotron notamment).

Sécurité accrue et  fonctionnement "zéro papier"

Les risques professionnels liés à l’utilisation de produits toxiques sont maîtrisés du fait de l’installation de hottes aspirantes et de systèmes de régulation des températures dans les zones où ces produits sont utilisés. Enfin, l’accès au bâtiment et aux différentes zones de soins et administratives est sécurisé par badge. Les postes d’accueil sont vitrés et dotés d’hygiaphone.
Résolument numérique, le projet a été pensé pour un fonctionnement en «zéro papier». L’accent a été mis sur les nouvelles technologies logicielles et matérielles, afin d’offrir aux professionnels du pôle des outils informatiques permettant d’organiser la prise en charge des patients de façon efficiente et sécurisée. Par ailleurs, la suppression des dossiers au format papier favorise la diminution de l’empreinte carbone du CHU de Reims.

L’accent a été mis sur les nouvelles technologies pour un fonctionnement "zéro papier" et une prise en charge des patients efficace et sécurisée

Des experts du bâtiment sélectionnés

Mandataire du groupement auquel a été attribué le marché de travaux, Demathieu Bard est l’un des premiers acteurs indépendants français du secteur de la construction, des produits béton et du développement immobilier. L’architecture du bâtiment a été confiée à deux spécialistes du champ hospitalier, l’un parisien, Jean-Philippe Pargade, l’autre rémois Jean-Michel Jacquet.
D’autres acteurs ont contribué à la réussite de ce projet, parmi lesquels:le bureau d’études techniques et environnementales spécialisé en fluides, INEX, le bureau d’études AR-C, en appui de la maîtrise d’oeuvre en matière de structures et le bureau d’études spécialisé dans les voiries et réseaux divers, VRD Partenaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”