Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

99 sur 100 : le CHR d’Orléans, 4ème hôpital le plus sûr de France

Au « Palmarès exclusif » des hôpitaux français les plus sûrs établi le 8 décembre 2009 par le magazine L'Express, le centre hospitalier régional d'Orléans arrive à la 4ème place* sur 71. Un excellent résultat, qui récompense l'organisation et les actions de prévention contre les infections nosocomiales.

Au « Palmarès exclusif » des hôpitaux français les plus sûrs établi le 8 décembre 2009 par le magazine L’Express, le centre hospitalier régional d’Orléans arrive à la 4ème place sur 71. Un excellent résultat, qui récompense l’organisation et les actions de prévention contre les infections nosocomiales.

Méthodologie les établissements sont classés en sept catégories d’établissements selon leur risque d’infections nosocomiales : les CHR-CHU, les centres de lutte contre le cancer, les centres hospitaliers de plus de 300 lits, les centres hospitaliers de moins de 300 lits, les hôpitaux locaux, et les cliniques privées de plus de 100 lits et cliniques de moins de 100 lits. Soit, au total, 1 553 établissements.
L’Express a ensuite établi un palmarès par catégories d’établissements selon le résultat des indicateurs qualité. Dans chaque catégorie, ceux-ci sont classés selon leur score général, par ordre décroissant.

Le CHR d’Orléans : un score de 99 sur 100
Ce score, calculé par le ministère de la Santé, est calculé sur 100 et résulte de l’addition de quatre indicateurs : l’indice Icalin (infections nosocomiales : 40% du score général), la consommation de solutés hydro-alcooliques par le personnel (30%), la consommation d’antibiotiques (20%) et la surveillance des infections du site opératoire (10%).

Le CHR d’Orléans classé A : « très bon »
Selon leur score, les établissements sont répartis par le ministère de la Santé en différentes classes. De la classe A, qui distingue les établissements ayant mis en place le maximum de moyens et d’actions pour lutter contre les infections nosocomiales meilleurs, à la classe E, qui rassemble les moins performants.

L’implication forte de la direction et de l’ensemble des professionnels du CHR d’Orléans a permis au service de prévention du risque infectieux d’organiser au mieux sa lutte contre les infections nosocomiales ; un engagement garant de l’excellence de la prise en charge.

*derrière l’hôpital Lariboisière(AP-HP) – 75, l’Hôpital Emile Roux à Limeil-Brévannes – (AP-HP) – 94 et l’Hôpital Paul Brousse à Villejuif – 94

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.