Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

A la pointe de la lutte contre le cancer

Au CHU de Grenoble, il est possible de réaliser rapidement un diagnostic à partir d'une simple prise de sang ou de l'analyse d'une quantité infime de matière prélevée sur une tumeur grâce à un nouvel équipement d'analyse protéomique : le SELDI (Surface enhanced laser desoption ionisation)

Au CHU de Grenoble, il est possible de réaliser rapidement un diagnostic à partir d’une simple prise de sang ou de l’analyse d’une quantité infime de matière prélevée sur une tumeur grâce à un nouvel équipement d’analyse protéomique : le SELDI (Surface enhanced laser desoption ionisation)

Le SELDI devrait permettre des avancées considérables pour la recherche et le diagnostic de certains cancers. Cet appareil a été officiellement inauguré le 3 juillet 2003 par l’unité 318 de l’INSERM du CHU de Grenoble, dirigée par le professeur Benabid. Le SELDI a été intégralement financé par la Ligue contre le cancer, soit 200 000 euros.

Cet équipement d’analyse protéomique permet d’obtenir un diagnostic très rapide à partir d’une simple prise de sang ou de l’analyse d’une quantité infime de matière prélevée sur une tumeur. La technologie utilisée est extrêmement rapide et facilement reproductible ; elle permet également de suivre les évolutions de la maladie et de surveiller les réactions au traitement.

A terme, le développement de l’analyse protéomique selon la technique SELDI pourra permettre une évolution radicale des mesures de prévention en déterminant si un sujet est prédisposé à développer tel ou tel type de cancer. Le CHU de Grenoble va être l’un des tous premiers à utiliser à grande échelle la technologie SELDI riche de possibilités tout-à-fait extraordinaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.