Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

A la recherche de seniors candidats à l’amaigrissement

Le CHU de Toulouse lance une étude clinique sur l'obésité des séniors et recherche 25 personnes minimum, de plus de 60 ans. Objectif : comparer les résultats d’un amaigrissement par chirurgie avec pose d’un anneau gastrique à ceux obtenus après restriction alimentaire simple. Cette étude a été financée par le Ministère de la Santé, après évaluation de la rigueur scientifique.

Le CHU de Toulouse lance une étude clinique sur l’obésité des séniors et recherche 25 personnes minimum, de plus de 60 ans. Objectif : comparer les résultats d’un amaigrissement par chirurgie avec pose d’un anneau gastrique à ceux obtenus après restriction alimentaire simple. 

Les volontaires seront répartis en deux groupes par tirage au sort. Un groupe visera une perte de poids importante de 20kg et bénéficiera de la pose un anneau gastrique, une des stratégies de chirurgie de l’obésité. Un autre limitera la perte de poids à 3 voire 5 kg. Cet amigrissement sera obtenu grâce à des mesures diététiques basées sur l’équilibre alimentaire, avec le soutien d’un coach.
Dans les deux cas, tous les participants suivront un entraînement physique encadré, tel qu’il est recommandé lors d’une perte de poids.
Maigrir sans perdre trop de muscle
Une perte importante de poids chez une personne âgée obèse induit une fonte musculaire qui peut nuire à son autonomie si cet amaigrissement n’est pas associé à une activité physique. En effet, chez une personne jeune, une réduction de poids de 10 kg entraîne une perte de 1 kg de muscle, chez une personne âgée la fonte musculaire sera de 3 à 4 kg.
L’objectif principal de cette étude est de comparer l’efficacité de deux stratégies de perte de poids sur les capacités fonctionnelles des personnes âgées obèses bénéficiant d’une activité physique.
L’hypothèse de départ étant qu’une perte de poids importante (par anneau gastrique) améliore plus les capacités musculaires, donc fonctionnelles, qu’une perte de poids plus modérée.

Modalités d’évaluation
L’étude va comparer les deux groupes de participants avec évaluation des capacités musculaires par les indicateurs SPPB (Short Physical Performance Battery) – test de vitesse de marche, tests d’équilibre et test du lever de chaise – et par un test d’effort.
Une étude multicentrique coordonnée par Toulouse
Le CHU de Toulouse coordonne 7 centres (deux à Paris – Hôpital George Pompidou et Hôpital Ambroise Paré – Lille, Lyon, Angers, Nantes et Toulouse) qui réaliseront tous les mêmes travaux scientifiques.

Cette étude a été financée par le Ministère de la Santé, après évaluation de la rigueur scientifique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.