Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

A Montpellier, un suivi à distance de l’insuffisance cardiaque

Pour réduire les hospitalisations et accroître la qualité de vie des patients, le CHU de Montpellier propose depuis juillet 2018, une technique de suivi à distance de l’insuffisance cardiaque. Quatre dispositifs ont déjà été implantés chez des patients.

Pour réduire les hospitalisations et accroître la qualité de vie des patients, le CHU de Montpellier propose depuis juillet 2018, une technique de suivi à distance de l’insuffisance cardiaque. Quatre dispositifs ont déjà été implantés chez des patients.
Le principe du capteur implanté dans l’artère pulmonaire chez quatre patients insuffisants cardiaques au CHU de Montpellier est simple : la pression artérielle, dont l’augmentation est un facteur d’aggravation de l’insuffisance cardiaque, est directement mesurée et les données transmises quotidiennement aux médecins. Le système appelé CardioMEMS HF comporte un capteur qui est implanté dans l’artère pulmonaire au cours d’une intervention non chirurgicale. Ce système permet aux patients de transmettre quotidiennement, depuis leur domicile, les données du capteur à leurs médecins. En plus d’améliorer la qualité de vie des patients, cette technique réduit jusqu’à 37% les hospitalisations pour insuffisance cardiaque (1). L’étude « CHAMPION » a en effet montré l’efficacité du système CardioMEMS HF sur des patients NYHA III hospitalisés pour insuffisance cardiaque dans l’année précédente. Et des données récentes démontrent que l’utilisation du système CardioMEMS HF  améliore significativement la qualité de vie et la capacité à faire de l’exercice chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque chronique.

Une prise en charge personnalisée et proactive

« Le but du dispositif est de fournir quotidiennement des informations sur le fonctionnement du coeur chez un patient insuffisant cardiaque assez sévère, qui risque de retourner fréquemment à l’hôpital. Cette technologie innovante est très prometteuse, elle est a priori la première solution de télésuivi qui a montré son efficacité. C’est sans doute beaucoup plus précis et précoce que le poids ou d’autres paramètres également importants », témoigne le Pr François Roubille, cardiologue au CHU de Montpellier qui a réalisé les interventions. Une dizaine de dispositifs ont été implantés à ce jour en France, dont la moitié à Montpellier.
Le capteur CardioMEMS n’a pas de batterie et est conçu pour durer toute la vie du patient. Une fois implanté, le capteur sans fil envoie des mesures de pression à une unité patient. Le patient ne ressent ni douleur, ni sensations lors de ces transmissions. Le système permet aux cliniciens de détecter plus tôt l’aggravation de l’insuffisance cardiaque et d’ajuster le traitement pour réduire la probabilité d’hospitalisation du patient.
1 – L’insuffisance cardiaque est à l’origine de 150 000 hospitalisations chaque année en France avec une durée moyenne de séjour de 11 jours. Dans notre pays, 1 à 2 millions de patients présentent une insuffisance cardiaque et plus de 800 000 patients souffrent d’insuffisance cardiaque sévère. La moitié des patients atteints d’insuffisance cardiaque meurent dans les cinq ans suivant le diagnostic.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.