Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Abou et Howie, «chiens-soignants» à l’hôpital

Depuis quelques mois, l'établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du CHU de Nantes, la Seilleraye accueille à temps partiel deux nouveaux résidents : Howie et Abou. Leur particularité ? Ce sont des chiens. Leur présence a changé le quotidien des résidents et des professionnels et transformé les soins...

Depuis quelques mois, l’établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du CHU de Nantes, la Seilleraye accueille à temps partiel deux nouveaux résidents : Howie et Abou. Leur particularité ? Ce sont des chiens. Leur présence a changé le quotidien des résidents et des professionnels et transformé les soins…
Le premier, à l’école chez Xavier Couteau, cadre de santé, se prépare à l’exercice du métier de chien guide d’aveugle. Depuis l’âge de trois mois et jusqu’à son premier anniversaire, ce labrador vit au domicile du cadre de santé et l’accompagne sur son lieu de travail : le 3e étage de l’Ehpad. 

Immédiatement adopté par les résidents, le gentil toutou assure fidèlement les tâches qui lui sont assignées : participer de la stimulation de certains patients à la marche, par exemple, donnant ainsi un but à la promenade en même temps qu’un sentiment d’utilité, de responsabilité. Ou encore se faire masser, brosser, pour exercer la dextérité des personnes âgées. Ou tout simplement assurer une présence rassurante et calmante auprès de patients angoissés.

Au premier étage, c’est Abou, le chien de Lauranne Renaux, aide-soignante, qui tient compagnie aux personnes âgées. Présent dans le service en même temps que sa maîtresse, il amuse, divertit, se fait promener, caresser, brosser, est un sujet de préoccupation commun qui favorise les relations entre les personnes, lesquelles rivalisent d’attentions pour lui. Trois dames ont même repris le tricot pour lui confectionner une couverture !

Gardiens vigilants, Abou et Howie donnent l’alerte en cas de chute par exemple. Médiateurs, ils se prêtent volontiers aux activités des membres des ateliers de stimulation motrice et mémoire. Leur emploi du temps et les modalités de leur présence ont été soigneusement étudiés pour qu’ils ne soient pas seulement des compagnons mais apportent un véritable plus aux résidents et aux professionnels. Comme tout travailleur, ils ont même droit à des temps de pause.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.