Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Abou et Howie, «chiens-soignants» à l’hôpital

Depuis quelques mois, l'établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du CHU de Nantes, la Seilleraye accueille à temps partiel deux nouveaux résidents : Howie et Abou. Leur particularité ? Ce sont des chiens. Leur présence a changé le quotidien des résidents et des professionnels et transformé les soins...

Depuis quelques mois, l’établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du CHU de Nantes, la Seilleraye accueille à temps partiel deux nouveaux résidents : Howie et Abou. Leur particularité ? Ce sont des chiens. Leur présence a changé le quotidien des résidents et des professionnels et transformé les soins…
Le premier, à l’école chez Xavier Couteau, cadre de santé, se prépare à l’exercice du métier de chien guide d’aveugle. Depuis l’âge de trois mois et jusqu’à son premier anniversaire, ce labrador vit au domicile du cadre de santé et l’accompagne sur son lieu de travail : le 3e étage de l’Ehpad. 

Immédiatement adopté par les résidents, le gentil toutou assure fidèlement les tâches qui lui sont assignées : participer de la stimulation de certains patients à la marche, par exemple, donnant ainsi un but à la promenade en même temps qu’un sentiment d’utilité, de responsabilité. Ou encore se faire masser, brosser, pour exercer la dextérité des personnes âgées. Ou tout simplement assurer une présence rassurante et calmante auprès de patients angoissés.

Au premier étage, c’est Abou, le chien de Lauranne Renaux, aide-soignante, qui tient compagnie aux personnes âgées. Présent dans le service en même temps que sa maîtresse, il amuse, divertit, se fait promener, caresser, brosser, est un sujet de préoccupation commun qui favorise les relations entre les personnes, lesquelles rivalisent d’attentions pour lui. Trois dames ont même repris le tricot pour lui confectionner une couverture !

Gardiens vigilants, Abou et Howie donnent l’alerte en cas de chute par exemple. Médiateurs, ils se prêtent volontiers aux activités des membres des ateliers de stimulation motrice et mémoire. Leur emploi du temps et les modalités de leur présence ont été soigneusement étudiés pour qu’ils ne soient pas seulement des compagnons mais apportent un véritable plus aux résidents et aux professionnels. Comme tout travailleur, ils ont même droit à des temps de pause.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.