Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Accès aux soins hospitaliers des personnes handicapées

Avec le soutien des associations de patients, le Centre Hospitalier Universitaire de Nancy a créé un groupe de réflexion autour de l'accès aux soins hospitaliers de personnes atteintes d'un handicap moteur ou sensoriel. Si les personnes en situation de handicap représentent 10% environ de la population française (soit 6 millions d'individus), elles fréquentent l'hôpital plus souvent que les personnes valides. L'adaptation de l'hôpital public à une meilleure qualité d'accueil des personnes handicapées est désormais une priorité.

Avec le soutien des associations de patients, le Centre Hospitalier Universitaire de Nancy a créé un groupe de réflexion autour de l’accès aux soins hospitaliers de personnes atteintes d’un handicap moteur ou sensoriel. Si les personnes en situation de handicap représentent 10% environ de la population française (soit 6 millions d’individus), elles fréquentent l’hôpital plus souvent que les personnes valides. L’adaptation de l’hôpital public à une meilleure qualité d’accueil des personnes handicapées est désormais une priorité.

Le groupe de travail, composé d’une quinzaine de membres et animé par Patrick Remy, coordonnateur général des soins a débuté ses travaux en 2007. Il réunit des professionnels de santé, des ingénieurs, un interprète en langue des signes et des membres d’associations dont certains sont eux-mêmes handicapés. La lecture croisée des expériences de chacun a permis de constater que le problème du handicap à l’hôpital n’est pas tant architectural et technique (accessibilité : domaine dans lequel le CHU de Nancy a fait de nombreux efforts) qu’organisationnel.

Pragmatique et concret, le groupe a présenté trois préconisations qui devraient être mises en place courant 2008.

Un site Internet adapté

Le site www.chu-nancy.fr proposera des rubriques spécifiquement dédiées aux personnes en situation de handicap. Clairement identifiables et lisibles, des informations aviseront la personne handicapée sur les démarches à suivre pour les consultations ou les hospitalisations. De la même façon, des rubriques lui permettront d’anticiper son hospitalisation (organisation matérielle) ou de localiser géographiquement des places de parking réservées. Une version papier de toutes ces informations sera également disponible dans la prochaine réédition du livret d’accueil. Ces informations pourront être également diffusées à partir de la plateforme d’accueil téléphonique.

Des consultations anticipées

Au moment de la prise de rendez-vous pour une consultation, le patient, après avoir fait état de son handicap, recevra du bureau des entrées tous les formulaires administratifs simplifiés. Objectif : supprimer les procédures d’admission à l’hôpital et anticiper la constitution du dossier de patient tout en préservant son autonomie.

Une hospitalisation personnalisée

Une fois son lieu d’hospitalisation connu, le patient handicapé pourra contacter par téléphone le cadre de santé du service où il sera accueilli. Ensemble, ils listeront ses attentes en terme de personnel et de matériel de façon à adapter l’offre de l’hôpital à ses besoins.

Pour aller au bout de sa démarche d’amélioration des prestations aux personnes handicapées, le CHU de Nancy s’engagera dans les mois à venir sur une nouvelle réflexion autour du rôle que pourraient jouer les aidants durant le séjour à l’hôpital de ces patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”