Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Addiction : la réalité virtuelle pour faciliter le sevrage tabagique

Continuer à dire non à la cigarette même en présence d’amis qui fument et vous tendent un paquet, ne pas replonger lors d’une soirée… Des situations à risques typiques que tout candidat à l’arrêt du tabac doit pouvoir affronter. Seul, le combat peut paraître difficile voire insurmontable. Le thérapeute a alors toute sa place. Il peut enseigner l’art de la résistance en plaçant l’ancien fumeur dans un environnement fictif mais face à des stimulations inspirées du réel selon le principe de certains jeux vidéo. Une technique que Marseille approfondit dans le cadre d'une étude clinique

Continuer à dire non à la cigarette même en présence d’amis qui fument et vous tendent un paquet, ne pas replonger lors d’une soirée… Des situations à risques typiques que tout candidat à l’arrêt du tabac doit pouvoir affronter. Seul, le combat peut paraître difficile voire insurmontable. Le thérapeute a alors toute sa place. Il peut enseigner l’art de la résistance en plaçant l’ancien fumeur dans un environnement fictif mais face à des stimulations inspirées du réel selon le principe de certains jeux vidéo. Une technique que Marseille approfondit dans le cadre d’une étude clinique.
L’aventure originale fait l’objet d’un essai clinique de grande ampleur à Marseille, piloté par le service de psychiatrie du Pr Lançon à l’hôpital de la Conception. L’enjeu : tester l’efficacité de la réalité virtuelle sur les personnes qui ont décidé d’arrêter de fumer mais craignent de « replonger ».

Le patient devient le héros. Il revêt un dispositif d’immersion avec casque de réalité virtuelle muni du son et d’un traqueur de position. Et l’épreuve peut commencer… Le recrutement de volontaires continue. La thérapie se déroule à raison de trois quarts d’heure par semaine pendant deux mois. Un suivi régulier est mis en place au bout de trois, six et douze mois.
 « La réalité virtuelle est un média qui permet aux utilisateurs d’interagir en temps réel avec des environnements virtuels créés par ordinateur », résume le Dr Malbos. « L’application de cette technologie immersive à la thérapie cognitivo-comportementale est exploitée de manière croissante pour le traitement de troubles mentaux », en particulier des phobies et de l’addiction.

Le nouveau traitement psychothérapeutique d’aide au maintien du sevrage tabagique, totalement gratuit, est coordonné par  le Dr Eric Malbos, spécialiste des thérapies comportementales et cognitives (TCCs) et la neuropsychologue Camille Giovancarli, au sein du pôle psychiatrie de l’hôpital de la Conception (AP-HM). 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.