Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

BPCO, la maladie des fumeurs : le CHUGA coordonne Airflow2 un essai clinique européen

Le service de pneumologie du CHU Grenoble Alpes coordonne un essai clinique européen basé sur l’endoscopie bronchique interventionnelle et une innovation de la société américaine Holaira. Les premiers patients ont été traités à Grenoble.

Le service de pneumologie du CHU Grenoble Alpes coordonne un essai clinique européen basé sur l’endoscopie bronchique interventionnelle et une innovation de la société américaine Holaira. Les premiers patients ont été traités à Grenoble.
La bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO est une maladie évolutive très handicapante qui oblitère les voies aériennes et les poumons. Elle constitue l’une des principales causes de morbidité et de mortalité, bien qu’elle demeure peu connue. Elle touche en France près de 8 % de la population de plus de 40 ans et 20 % des fumeurs.
Les seuls traitements existant aujourd’hui sont de nature médicamenteuse et s’avèrent contraignants pour les patients. La société américaine Holaira a inventé un système de dénervation pulmonaire pour ces patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive. Le CHUGA a été choisi pour participer à une étude clinique européenne visant à tester cette nouvelle technologie au côté de différents établissements européens.
« Cet essai clinique, baptisé Airflow2, est une procédure bronchoscopique mini-invasive qui utilise un cathéter spécial à radiofréquences, pour apporter une thérapie ablative qui ouvre les voies respiratoires obstruées afin d’améliorer la respiration » explique le Pr Christophe Pison, chef du service pneumologie du CHU Grenoble Alpes et coordinateur européen de cette étude.
Les premiers patients ont été traités au CHU Grenoble Alpes par le Dr Amandine Briault, pneumologue, qui assure les interventions endoscopiques.
Sur les 80 patients qui participeront à cette étude clinique européenne, le CHU Grenoble Alpes devrait traiter une vingtaine de cas ce qui donne le statut de leader à l’établissement public de santé grenoblois.
Etude randomisée en double aveugle
L’étude clinique européenne Airflow 2 est actuellement en phase 2 afin d’établir la démonstration de faisabilité et d’évaluer la sécurité de l’innovation. Les 80 patients qui vont participer à cette étape de recherche, seront répartis en deux groupes : le groupe contrôle et le groupe recevant l’intervention. Un tirage au sort est réalisé au bloc. Ni les patients ni les chercheurs connaissent leur groupe afin d’obtenir des résultats les plus justes possibles concernant les réels impacts de cette intervention.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.