Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Alcool, drogues, vidéo … et suicide, Un réseau contre le mal-être

Mercredi 6 février 2008 à l'occasion la 12 journée nationale de prévention du suicide, le CHU, acteur du réseau de prévention du suicide d'Indre-et-Loire, co-organise une après-midi d'information et de débats sur le thème "Alcool, drogues, vidéo ... et suicide".

Mercredi 6 février 2008 à l’occasion la 12 journée nationale de prévention du suicide, le CHU, acteur du réseau de prévention du suicide d’Indre-et-Loire, co-organise une après-midi d’information et de débats sur le thème « Alcool, drogues, vidéo … et suicide ».

En France, depuis le début des années 80, les décès par suicide (12 000 par an en 1993-1995) sont plus nombreux que les décès par accidents de la circulation. Si le taux de mortalité par suicide tend à diminuer, les experts reconnaissent que ce nombre est probablement sous estimé du fait du défaut de déclaration par les instituts médico-légaux ou de l’existence de “suicide cachés” inscrits sous les rubriques “causes inconnues ou non déclarées”. Cette sous-estimation serait de l’ordre de 20 %. Quant à la région Centre, elle enregistre un triste score : Une surmortalité par rapport à la France, de 25 % chez les hommes et de 20 % chez les femmes. Les 2/3 des décès par suicide surviennent chez des personnes de moins de 65 ans. Les suicides représentent 15 % des années potentielles de vie perdues avant 65 ans, chez les hommes, et 10 % chez les femmes. Le nombre de suicides dans la tranche d’âge 18/25 ans augmente.

Pour enrayer ce phénomène, le réseau de prévention du suicide d’Indre-et-Loire a été fondé en 1998. A son actif la création de commissions spécialisées : “Urgence”, “Jeunes”, “Personnes âgées”, « Adultes », la constitution d’un fonds régional de documentation sur le suicide, des conférences-débats sur la détresse, l’exclusion, les conduites à risque, la prévention du suicide…. Outre les actions de sensibilisation, le réseau s’attache à coordonner les intervenants : pas moins de 15 institutions dont la ville de Tours, 7 établissements de soins et 22 associations dont SOS amitié, instigatrice de ce regroupement d’énergies positives. Le Réseau a également élaboré un annuaire répertoriant tous les acteurs, constitué des groupes de paroles. Son site web est en cours de création.

Programmes du 6 février 2008

14 h à 16 h – Représentation théâtrale interactive Un si bel automne – par le Théâtre du Chaos (Compagnie Sara Veyron) sur le thème des personnes âgées
Salle polyvalente du Quartier des Fontaines – Espace Jacques Villeret. A l’issue de la représentation un goûter sera offert par la Ville de Tours – Réservation auprès du secrétariat du réseau : 02 34 38 94 85

20 h à 22 h 30 – Conférence – débat Addictions et suicide
Mme Françoise FACY, Directeur de Recherche à l’INSERM, épidémiologiste – Substances psychoactives et prise de risques
Mme Elisabeth ROSSE, Psychologue au Centre Médical Marmottan, Paris 17
Cette soirée sera animée par le Dr Daniel BOISSAYE, Président de SOS-Amitié-France.
Salle Thélème, Université François Rabelais
Visite de stands des associations et du réseau V.I.E.S. 37

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”