Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Alcool, drogues, vidéo … et suicide, Un réseau contre le mal-être

Mercredi 6 février 2008 à l'occasion la 12 journée nationale de prévention du suicide, le CHU, acteur du réseau de prévention du suicide d'Indre-et-Loire, co-organise une après-midi d'information et de débats sur le thème "Alcool, drogues, vidéo ... et suicide".

Mercredi 6 février 2008 à l’occasion la 12 journée nationale de prévention du suicide, le CHU, acteur du réseau de prévention du suicide d’Indre-et-Loire, co-organise une après-midi d’information et de débats sur le thème « Alcool, drogues, vidéo … et suicide ».

En France, depuis le début des années 80, les décès par suicide (12 000 par an en 1993-1995) sont plus nombreux que les décès par accidents de la circulation. Si le taux de mortalité par suicide tend à diminuer, les experts reconnaissent que ce nombre est probablement sous estimé du fait du défaut de déclaration par les instituts médico-légaux ou de l’existence de “suicide cachés” inscrits sous les rubriques “causes inconnues ou non déclarées”. Cette sous-estimation serait de l’ordre de 20 %. Quant à la région Centre, elle enregistre un triste score : Une surmortalité par rapport à la France, de 25 % chez les hommes et de 20 % chez les femmes. Les 2/3 des décès par suicide surviennent chez des personnes de moins de 65 ans. Les suicides représentent 15 % des années potentielles de vie perdues avant 65 ans, chez les hommes, et 10 % chez les femmes. Le nombre de suicides dans la tranche d’âge 18/25 ans augmente.

Pour enrayer ce phénomène, le réseau de prévention du suicide d’Indre-et-Loire a été fondé en 1998. A son actif la création de commissions spécialisées : “Urgence”, “Jeunes”, “Personnes âgées”, « Adultes », la constitution d’un fonds régional de documentation sur le suicide, des conférences-débats sur la détresse, l’exclusion, les conduites à risque, la prévention du suicide…. Outre les actions de sensibilisation, le réseau s’attache à coordonner les intervenants : pas moins de 15 institutions dont la ville de Tours, 7 établissements de soins et 22 associations dont SOS amitié, instigatrice de ce regroupement d’énergies positives. Le Réseau a également élaboré un annuaire répertoriant tous les acteurs, constitué des groupes de paroles. Son site web est en cours de création.

Programmes du 6 février 2008

14 h à 16 h – Représentation théâtrale interactive Un si bel automne – par le Théâtre du Chaos (Compagnie Sara Veyron) sur le thème des personnes âgées
Salle polyvalente du Quartier des Fontaines – Espace Jacques Villeret. A l’issue de la représentation un goûter sera offert par la Ville de Tours – Réservation auprès du secrétariat du réseau : 02 34 38 94 85

20 h à 22 h 30 – Conférence – débat Addictions et suicide
Mme Françoise FACY, Directeur de Recherche à l’INSERM, épidémiologiste – Substances psychoactives et prise de risques
Mme Elisabeth ROSSE, Psychologue au Centre Médical Marmottan, Paris 17
Cette soirée sera animée par le Dr Daniel BOISSAYE, Président de SOS-Amitié-France.
Salle Thélème, Université François Rabelais
Visite de stands des associations et du réseau V.I.E.S. 37

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.