Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Alsace- 1ère valve cardiaque aortique par voie fémorale transcutanée

Première intervention régionale d'implantation de valve cardiaque aortique par voie fémorale transcutanée : Le 13 janvier 2009, au sein du Nouvel Hôpital Civil des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, les équipes de cardiologie (Pr. Patrick Ohlmann et Dr Michel Zupan) et de chirurgie cardiaque (Pr. Jean-Philippe Mazzucotelli et Dr. Michel Kindo) ont réalisé avec succès la 1ère intervention dans la région, d'implantation de valve aortique par voie trans-cutanée fémorale chez 2 patients âgés de 88 et 86 ans.

Le 13 janvier 2009, au sein du Nouvel Hôpital Civil des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, les équipes de cardiologie (Pr. Patrick Ohlmann et Dr Michel Zupan) et de chirurgie cardiaque (Pr. Jean-Philippe Mazzucotelli et Dr. Michel Kindo) ont réalisé avec succès la 1ère intervention dans la région, d’implantation de valve aortique par voie trans-cutanée fémorale chez 2 patients âgés de 88 et 86 ans.

Cette technique nouvelle vise à traiter des patients souffrant de rétrécissement serré de la valve aortique dont on sait que le pronostic est grave dès lors qu’apparaissent les premiers symptômes (essoufflement, oedème pulmonaire, angine de poitrine, syncope). Le remplacement valvulaire aortique chirurgical, à thorax ouvert et sous circulation extracorporelle, était jusqu’à tout récemment le seul traitement validé et recommandé améliorant la survie à long terme. Du fait d’un âge avancé et/ou de pathologies associées (respiratoires, neurologiques), de nombreux patients ne sont pas traités chirurgicalement en raison d’un risque opératoire jugé trop important pour une chirurgie à coeur ouvert.

La procédure consiste à aborder l’artère fémorale au pli de l’aine, pour introduire en passant par « l’intérieur des vaisseaux », une sonde munie d’une valve aortique repliée au sein d’un « stent » (ou ressort). Cette valve prothétique dans son stent est positionnée au niveau de la valve malade et déployée au moyen d’un ballon de façon à ré-ouvrir l’orifice rétréci tout en assurant l’étanchéité de la valve. Ces implantations peuvent être effectuées par voie transfémorale, en utilisant les techniques habituelles du cathétérisme cardiaque, et ne nécessiter alors qu’une anesthésie locale. La présence de lésions artérielles fémorales ou iliaques pouvant empêcher cette approche fémorale, il est également possible d’introduire la sonde par la pointe du coeur par mini-chirurgie, beaucoup moins lourde qu’une chirurgie classique car sans circulation extra-corporelle. Les suites de l’intervention sont beaucoup plus simples, permettent un retour en chambre normale dès le lendemain et un retour à domicilie dans les 7 jours.

Cette technique extrêmement novatrice a été mise au point en France grâce au talent du Pr Alain Cribier du CHU de Rouen, puis rachetée par une compagnie américaine. Elle a pu être mise en application au Nouvel Hôpital de Strasbourg du fait du travail en commun des équipes de cardiologie, de chirurgie cardiaque et d’anesthésiologie au sein d’un plateau technique ultra-moderne.

Sans nul doute cette avancée est promise à un bel avenir.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”