Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Alsace- 1ère valve cardiaque aortique par voie fémorale transcutanée

Première intervention régionale d'implantation de valve cardiaque aortique par voie fémorale transcutanée : Le 13 janvier 2009, au sein du Nouvel Hôpital Civil des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, les équipes de cardiologie (Pr. Patrick Ohlmann et Dr Michel Zupan) et de chirurgie cardiaque (Pr. Jean-Philippe Mazzucotelli et Dr. Michel Kindo) ont réalisé avec succès la 1ère intervention dans la région, d'implantation de valve aortique par voie trans-cutanée fémorale chez 2 patients âgés de 88 et 86 ans.

Le 13 janvier 2009, au sein du Nouvel Hôpital Civil des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, les équipes de cardiologie (Pr. Patrick Ohlmann et Dr Michel Zupan) et de chirurgie cardiaque (Pr. Jean-Philippe Mazzucotelli et Dr. Michel Kindo) ont réalisé avec succès la 1ère intervention dans la région, d’implantation de valve aortique par voie trans-cutanée fémorale chez 2 patients âgés de 88 et 86 ans.

Cette technique nouvelle vise à traiter des patients souffrant de rétrécissement serré de la valve aortique dont on sait que le pronostic est grave dès lors qu’apparaissent les premiers symptômes (essoufflement, oedème pulmonaire, angine de poitrine, syncope). Le remplacement valvulaire aortique chirurgical, à thorax ouvert et sous circulation extracorporelle, était jusqu’à tout récemment le seul traitement validé et recommandé améliorant la survie à long terme. Du fait d’un âge avancé et/ou de pathologies associées (respiratoires, neurologiques), de nombreux patients ne sont pas traités chirurgicalement en raison d’un risque opératoire jugé trop important pour une chirurgie à coeur ouvert.

La procédure consiste à aborder l’artère fémorale au pli de l’aine, pour introduire en passant par « l’intérieur des vaisseaux », une sonde munie d’une valve aortique repliée au sein d’un « stent » (ou ressort). Cette valve prothétique dans son stent est positionnée au niveau de la valve malade et déployée au moyen d’un ballon de façon à ré-ouvrir l’orifice rétréci tout en assurant l’étanchéité de la valve. Ces implantations peuvent être effectuées par voie transfémorale, en utilisant les techniques habituelles du cathétérisme cardiaque, et ne nécessiter alors qu’une anesthésie locale. La présence de lésions artérielles fémorales ou iliaques pouvant empêcher cette approche fémorale, il est également possible d’introduire la sonde par la pointe du coeur par mini-chirurgie, beaucoup moins lourde qu’une chirurgie classique car sans circulation extra-corporelle. Les suites de l’intervention sont beaucoup plus simples, permettent un retour en chambre normale dès le lendemain et un retour à domicilie dans les 7 jours.

Cette technique extrêmement novatrice a été mise au point en France grâce au talent du Pr Alain Cribier du CHU de Rouen, puis rachetée par une compagnie américaine. Elle a pu être mise en application au Nouvel Hôpital de Strasbourg du fait du travail en commun des équipes de cardiologie, de chirurgie cardiaque et d’anesthésiologie au sein d’un plateau technique ultra-moderne.

Sans nul doute cette avancée est promise à un bel avenir.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.