Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Amiens fête sa 500ème greffe rénale

La 500è transplantation rénale a été réalisée au Centre Hospitalier Régional et Universitaire d'Amiens en août 2002. La première transplantation rénale a été effectuée le 5 avril 1989, dans des conditions difficiles mais enthousiasmantes.

La 500è transplantation rénale a été réalisée au Centre Hospitalier Régional et Universitaire d’Amiens en août 2002.
La première transplantation rénale a été effectuée le 5 avril 1989, dans des conditions difficiles mais enthousiasmantes. Depuis, l’activité n’a cessé ensuite de progresser pour atteindre le nombre record de 54 greffes en l’an 2000, plaçant notre Centre d’Amiens au 11è/46 rang français.

Réunir les 500 patients greffés et les partenaires de soins
Dans quelques mois, cet événement important dans la vie médicale d’une région sera l’occasion d’une manifestation collective qui souhaite réunir à Amiens tous les patients greffés dans notre Centre, mais aussi toutes les Equipes qui ont collaboré à ce résultat.

L’importance de l’activité de transplantation reflète la motivation d’une équipe néphrologique, anesthésique et urologique, mais aussi la mobilisation des très nombreux acteurs médicaux, para médicaux et administratifs du CHU. Elle témoigne également de la confiance et de l’efficacité de la collaboration instaurée avec les Centres qui gèrent l’insuffisance rénale en Picardie.

« Par ce pôle de compétence, le CHU d’Amiens conforte son rôle d’établissement de référence dont l’attractivité dépasse les limites régionales. » déclare le Pr Jacques Petit

La transplantation rénale est une activité exigeante par les contraintes humaines, techniques et logistiques qu’elle impose. Mais ses résultats et la satisfaction des patients compensent ses nécessités.

Les nombreux patients inscrits sur les longues listes d’attente justifient le maintien, voire le développement de l’offre de soins. L’avenir de la transplantation rénale en Picardie dépend étroitement de l’activité de prélèvement d’organes réalisée dans des conditions humaines et techniques souvent difficiles.

Quelques espoirs sont placés dans :
– la mise en fonction d’une « Equipe mobile de prélèvement » pour aider les centres régionaux habilités, à prendre en charge les sujets en état de mort encéphalique, intransportables vers le CHU ;
– le développement des transplantations à partir de donneurs vivants, dans de strictes conditions légales et éthiques.

Le Pr Petit et toute l’Equipe de Transplantation souhaitent que : «le don d’organe soit favorisé par une prise de conscience individuelle de notre appartenance à une collectivité où les devoirs des humains seraient autant valorisés que les droits des malades».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”