Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

André Fourrier,1er hôpital spécialisé dans les maladies infectieuses

Etablissement de référence contre les risques nucléaire, radiologique, biologique et chimique pour les 5 départements de la zone de défense Nord (59,60,62,80,02), le CHRU a pris l'initiative de construire une structure spécialisée dans l'accueil et la prise en charge des patients atteints de pathologies infectieuses.

Etablissement de référence contre les risques nucléaire, radiologique, biologique et chimique pour les 5 départements de la zone de défense Nord (59,60,62,80,02), le CHRU a pris l’initiative de construire une structure spécialisée
dans l’accueil et la prise en charge des patients atteints de pathologies infectieuses. Inauguré le 19 mai 2006, l’hôpital André Fourrier, haut en technologie, constitue un axe essentiel à la mise en oeuvre de la politique de Prévention et gestion du risque infectieux, prévue dans le cadre du projet d’établissement 2004-2008 du CHRU de Lille.

20 lits hautement spécialisés
Cette nouvelle structure composée de 20 lits de niveau 3 aura pour vocation la prise en charge d’une part des patients présentant une pathologie infectieuse ainsi que des
patients infectés par des bactéries Multi-Résistantes (BMR), et d’autre part, conformément à la mission du CHRU, des patients relevant de situations épidémiques ou de risque biologique terroriste. En effet, au-delà des pathologies infectieuses, intervient la nécessité pour les établissements de santé de faire face à un risque biologie provoqué, c’est-à-dire à une attaque terroriste (par la variole, le SRAS etc …).
Les 20 lits de l’hôpital André Fourrier pourront être réquisitionnés et représenteront un volant de sécurité pour le CHRU.
Le CHRU de Lille poursuit donc l’amélioration de son organisation en ce domaine tout en se mettant au service de la région Nord-Pas de Calais et Picardie.

Coordination structurée en infectiologie
L’offre de soins régionale en infectiologie nécessitant une coordination structurée, le CHRU de Lille et le CH de Tourcoing, ont mutualisé leurs compétences et leur infrastructure logistique dans le cadre d’un groupement de coopération sanitaire, en cours de création.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.