Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Anévrisme de l’arche aortique, une technique innovante et moins invasive

1ère française au CHU de Toulouse : le 20 mars 2013, un homme de 75 ans hospitalisé au CHU de Toulouse a bénéficié d’un traitement de l’anévrisme de l’arche aortique thoracique par voie endovasculaire et sans pontage. Une semaine après l’intervention le patient pouvait se lever et regagner son domicile. Une performance rendue possible par la conjonction de trois facteurs : l’intervention d’une équipe pluridisciplinaire, l’usage de nouveaux matériaux et une maîtrise technique complète.

1ère française au CHU de Toulouse : le 20 mars 2013, un homme de 75 ans hospitalisé au CHU de Toulouse a bénéficié d’un traitement de l’anévrisme de l’arche aortique thoracique par voie endovasculaire et sans pontage. Une semaine après l’intervention le patient pouvait se lever et regagner son domicile. Une performance rendue possible par la conjonction de trois facteurs : l’intervention d’une équipe pluridisciplinaire, l’usage de nouveaux matériaux et une maîtrise technique complète.
Qu’est-ce que l’arche de l’aorte thoracique ?
L’arche de l’aorte thoracique, ou crosse aortique, est la partie médiane de l’aorte thoracique qui se divise en trois parties : aorte ascendante (reliée au coeur), arche aortique, aorte descendante (vers l’abdomen ou aorte abdominale).
Si l’anévrisme de l’aorte abdominale et de l’aorte descendante se traite depuis longtemps par voie endo-vasculaire, il n’en était pas de même pour l’anévrisme de l’arche de l’aorte thoracique qui relève d’une chirurgie du thorax, invasive, nécessitant une longue récupération avec des risques de séquelles importantes et une mortalité augmentée.
Une prouesse  qui allie pluri-expertise, innovation des dispositifs médicaux et savoir-faire complexe
• L’étroite collaboration de plusieurs équipes médicales et l’expertise de chacune dans sa spécialité : l’intervention a lieu sous contrôle angiographique dans une salle radiochirurgicale avec visualisation parfaite de la circulation à l’intérieur des vaisseaux.
• L’évolution technologique des matériaux avec une prothèse à branches (prothèse modulaire constituée d’une partie centrale pour l’aorte et de deux branches pour chaque carotide) en « tissu » de dacron et nitinol (alliage de nickel et de titane). Elle assure d’une part une grande souplesse d’utilisation et, d’autre part, un « plaquage » intégral de la prothèse contre les parois de l’arche de l’aorte pour une étanchéité maximale
• et, enfin, une technique complète qui permet l’anastomose (connexion) parfaite de l’arche aux différentes artères qui y sont reliées (carotides).
Deux autres équipes, l’une en France et l’autre en Angleterre, travaillent sur ce type de traitement mais avec une technique qui implique la réalisation de plusieurs pontages. Actuellement, en Europe, seuls le CHU de Toulouse et une équipe italienne réalisent une reconstruction complète de l’arche aortique par voie purement endovasculaire, sans pontage.
Les chiffres de l’anévrisme de l’aorte thoracique
• 10 cas/100 000 patients par an
• 95 % des anévrismes sont asymptomatiques
• 3,5 cas de rupture/100 000 patients par an
• 15ème cause de décès pour les patients de plus de 55 ans.
• 10 % des anévrismes de l’aorte thoracique sont situés sur l’arche de l’aorte
• 10 % des patients porteurs d’un anévrisme de l’aorte abdominale le sont également d’un
anévrisme de l’arche de l’aorte thoracique
Les équipes médicales
• Equipes médico-chirurgicales interventionnelles  (HOPITAL RANGUEIL) : Pr. Hervé Rousseau (Radiologie et Imagerie Médicale), Dr Bertrand Saint-Lèbes (Chirurgie Vasculaire – Pr. Jean- Pierre Bossavy), Dr Claude Conil (Anesthésie)
• Equipes associées (HOPITAL RANGUEIL) : Service de Médecine Vasculaire (Pr. Alessandra Bura- Rivière), Service de Cardiologie A (Pr. Michel Galinier, Pr. Jérôme Roncalli)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.