Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Anévrysme de l’aorte abdominale : désormais traité en ambulatoire aux HCL

A la pointe de la chirurgie ambulatoire, les CHU réalisent des interventions de plus en plus complexes : chirurgies de l’épaule, de la thyroïde, de la vésicule biliaire, du reflux gastro-œsophagien, de l’obésité, sur des patients de plus en plus lourds. Le 30 mars 2016, Lyon a inscrit une nouvelle opération sur la liste des chirurgies d’un jour : l’anévrysme de l’aorte abdominale traité en moins de 12h00 contre 6 à 10 jours pour une chirurgie traditionnelle. Un exploit à mettre à l’actif de l'équipe de chirurgie vasculaire de l’hôpital Edouard Herriot (HEH). Un mois après l’intervention le patient se porte bien.
A la pointe de la chirurgie ambulatoire, les CHU réalisent des interventions de plus en plus complexes : chirurgies de l’épaule, de la thyroïde, de la vésicule biliaire, du reflux gastro-œsophagien, de l’obésité, sur des patients de plus en plus lourds. Le 30 mars 2016, Lyon a inscrit une nouvelle opération sur la liste des chirurgies d’un jour : l’anévrysme de l’aorte abdominale traité en moins de 12h00 contre 6 à 10 jours pour une chirurgie traditionnelle. Un exploit à mettre à l’actif de l’équipe de chirurgie vasculaire de l’hôpital Edouard Herriot (HEH). Un mois après l’intervention le patient se porte bien.
L’anévrysme de l’aorte abdominale est une intervention lourde puisqu’il s’agit d’intervenir sur la plus grosse artère du corps humain… En cas d’anévrysme de l’aorte abdominale, l’artère se dilate de manière progressive sans symptôme. La rupture est fatale dans l’immense majorité des cas. Lorsque que la malformation atteint plus de 50 mm de diamètre il faut intervenir. Deux types de traitement sont alors possibles : la chirurgie ouverte, classique, qui consiste à remplacer l’anévrysme par une prothèse cousue à la main. Cette intervention nécessite en post opératoire un séjour en soins intensifs et une hospitalisation d’au moins 6 à 10 jours.

L’autre option est le traitement endovasculaire avec mise en place une endoprothèse en passant par l’intérieur des vaisseaux afin d’exclure l’anévrysme sous anesthésie locale sans incision cutanée. Ce protocole a été appliqué  en ambulatoire par l’équipe de chirurgie vasculaire de l’hôpital Edouard Herriot (HEH), sur un patient présentant un Anévrysme de l’Aorte Abdominale sous rénal par une endoprothèse.

Forte d’une double expertise dans le traitement endovasculaire des anévrysmes aortique (+100cas/an) et dans la prise en charge ambulatoire des pathologies artérielles (plus de 200 cas réalisés à ce jour), l’équipe de l’hôpital Edouard Herriot a pu proposer la seconde alternative au patient. Arrivé le matin de l’intervention, le patient a regagné son domicile en soirée, accompagné de son épouse et sous la surveillance d’un prestataire de soins.

D’autres prises en charge à la journée sont d’ores et déjà programmées…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.