Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Angers : place forte de la simulation en santé

250 experts médicaux et paramédicaux francophones de la simulation en santé se réuniront à Angers les 6 et 7 février 2014 pour promouvoir les bénéfices de ce nouveau mode d’apprentissage devenu incontournable. Le point sera fait sur les avancées technologiques et sur les modalités d’évaluation de cet enseignement dynamique.

250 experts médicaux et paramédicaux francophones de la simulation en santé se réuniront à Angers les 6 et 7 février 2014 pour promouvoir les bénéfices de ce nouveau mode d’apprentissage devenu incontournable. Le point sera fait sur les avancées technologiques et sur les modalités d’évaluation de cet enseignement dynamique.
Les temps forts : la découverte des 50 abstracts, deux prix de la communication décernés aux meilleurs posters médical et paramédical et le 6  février, un direct avec les militaires américains basés à Washington qui présenteront leurs pratiques de formation par la simulation via une séance de visioconférence exceptionnelle.
« L’organisation de ce colloque francophone à Angers est une marque de confiance accordée aux équipes hospitalo-universitaires angevines, qui s’investissent depuis de nombreuses années pour enrichir et dynamiser cette discipline. » déclarent avec satisfaction le Pr. Jean-Claude Granry et le Dr Marie-Christine Moll, deux médecins du CHU d’Angers et référents nationaux en simulation en santé
La capitale de l’Anjou occupe un rôle majeur dans le domaine de la simulation en santé, grâce à l’expertise de ses professionnels de santé, à ses équipements ultra modernes comme ses mannequins haute fidélité et à la coopération dynamique déployée entre les équipes du CHU et de l’Université d’Angers. C’est sur ce  terreau fertile qu’ont pu se développer le centre de simulation du CHU d’Angers créé en 2008 et le Groupement d’intérêt scientifique fondé en mai 2013 qui renforce la dimension recherche de l’unité.
Du geste médical ou de soin à la prise en charge globale d’un patient victime d’un arrêt cardiaque, le centre de simulation du CHU d’Angers dirigé le Dr Jérôme Berton forme chaque année près 550 stagiaires, médecins, infirmiers, professionnels ou étudiants. Sa particularité, proposer un programme d’enseignement qui dépasse le seul acte technique pour intégrer le champ du management et de la communication au sein de l’équipe. Les disciplines enseignées : anesthésie, réanimation, annonce en oncologie…
Le centre dispose de mannequins high tech qui permettent de simuler une prise en charge globale. Les faux patients sont dirigés à distance par les formateurs qui ont, au préalable, imaginé un scénario complet. Depuis une régie et grâce à un matériel informatique de pointe, les formateurs provoquent diverses réactions réalistes chez le mannequin. Les étudiants doivent adapter leurs gestes et comportements pour assurer la bonne la prise en charge.
« Il est prouvé que les internes ayant bénéficié dans leur cursus de la simulation sont plus rapidement compétents. De même, il est attesté que l’utilisation de la simulation en formation continue permet aux médecins d’améliorer leurs performances lors de situations critiques "Suivant la technique d’apprentissage, la mémorisation est très différente. En moyenne, on retient 10 % de ce que l’on apprend en lisant, et 75 % de ce qui est appris par la pratique." constate Jérôme Berton.
Le 3ème Colloque francophone de simulation en santé est organisé par l’Association Francophone de Simulation en Anesthésie-Réanimation et en Médecine d’Urgence (AFSARMU), le centre de simulation de CHU d’Angers et l’Université d’Angers.
Pour en savoir plus : http://www.colloquesimulation-angers2014.fr/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.