Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

AP-HM mène une des plus ambitieuses restructurations de France

Etablissement de référence et de recours de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, adossé à la plus grande université de France, l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille a entrepris une vaste réorganisation de son offre de soins «une des plus importantes jamais réalisées par un CHU français». Près de 1 000 personnes sont concernées. 10 millions d'euros ont été investis dans des travaux d'aménagement. Les enjeux de cet ambitieux programme : rassembler les moyens et les compétences pour répondre aux évolutions des besoins de santé et notamment au vieillissement de la population, améliorer la qualité des soins par des regroupements stratégiques et poursuivre le retour à l'équilibre financier prévu pour 2013.

Etablissement de référence et de recours de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, adossé à la plus grande université de France, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille a entrepris une vaste réorganisation de son offre de soins «une des plus importantes jamais réalisées par un CHU français». Près de 1 000 personnes (760 personnels et 110 médecins) sont concernées. Elles exercent sur les 4 sites (hôpital Nord, la Conception, la Timone et les hôpitaux Sud) dans 15 disciplines universitaires dont des spécialités lourdes telles que les réanimations, les blocs opératoires, la chirurgie thoracique, la traumatologie pneumologie, l’oncologie thoracique… La restructuration débutée en avril 2010 s’achèvera en 2013 avec l’ouverture du bâtiment médico-technique de la Timone. 10 millions d’euros ont été investis dans des travaux d’aménagement.
Les enjeux de cet ambitieux programme : rassembler les moyens et les compétences pour répondre aux évolutions des besoins de santé et notamment au vieillissement de la population, améliorer la qualité des soins par des regroupements stratégiques et poursuivre le retour à l’équilibre financier prévu pour 2013.

Le nouveau visage de l’AP-HM
L’AP-HM se structure désormais autour de deux pôles à vocation régionale, Nord et Timone et de deux sites hautement spécialisés : l’hôpital de la Conception et les hôpitaux Sud.

A la Timone, le Bâtiment Médico-Technique (BMT), pierre angulaire de la restructuration du secteur centre, accueillera en un même lieu différentes activités aujourd’hui dispersées : les urgences des secteurs Sud et Centre, urgences spécifiques cardio-vasculaire ou neurologique et les activités attachées (réanimation, hospitalisation de courte durée, y compris de psychiatrie), les blocs opératoires, les réanimations, l’imagerie, l’imagerie interventionnelle et les endoscopies, le laboratoire d’anatomopathologie et 120 lits d’hospitalisation.

L’hôpital Nord a été complètement modifié pour devenir un grand pôle hospitalier régional universitaire de référence. L’établissement dispose d’un ensemble de disciplines médico-chirurgicales, complété par plusieurs activités qui n’existaient pas ou qui n’étaient pas entièrement développées jusqu’à présent. Ces transformations se traduisent par le transfert de certains services des Hôpitaux Sud (département des maladies respiratoires, endoscopie bronchique, oncologie thoracique, chirurgie urologique, réanimation médicale et de la détresse respiratoire) et la création de nouvelles activités qui vont permettre à l’hôpital Nord de compléter son offre de soins. Ainsi, l’hôpital Nord bénéficie également d’un nouveau service d’oncologie multidisciplinaire et Innovations thérapeutiques, d’un nouveau service de radiothérapie et de tomothérapie en co-utilisation avec l’Institut Paoli-Calmettes et de l’installation d’un Tep-Scan, d’un service de chirurgie ambulatoire, d’un renforcement des urgences (axe rouge) service référent pour 1er, 2ème et 3ème arrondissements, de la réanimation, des blocs opératoires avec un bloc central de 24 salles, de la chirurgie orthopédique et de l’hospitalisation de jour.

Etablissements généralistes aux activités diversifiées, les hôpitaux Sud vont se transformer durant les 2 années à venir en un site hautement spécialisé, accueillant des spécialités : un pôle de santé publique qui assurera des urgences “légères“ de 8 à 23 h, un centre de consultations médico-chirurgical proposera des consultations dans une dizaine de spécialités, 340 lits de soins de suite et de réadaptation (SSR) seront créés.
Un institut Hospitalo-Universitaire dédié à l’appareil locomoteur associera des services de soins (services de rhumatologie, de chirurgie orthopédique, de traumatologie et de médecine du sport, une structure d’enseignement et une structure de recherche)

L’hôpital Salvator sera doté d’un Espace Méditerranéen de l’Adolescent destiné à développer une prise en charge innovante des adolescents dans un cadre multi-partenarial en cours de formalisation.

Parallèlement à cette restructuration, l’AP-HM s’engage dans des partenariats avec les Centres Hospitaliers voisins afin de nouer des complémentarités et réaliser des projets communs, dans l’esprit de la loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires. Ainsi, pour améliorer l’offre de soins dans la partie Sud des Bouches-du-Rhône, l’hôpital Nord et le Centre Hospitalier de Martigues adoptent une stratégie commune dans le cadre d’une communauté hospitalière de territoire.

Accompagnement social 
L’AP-HM soutient la mobilité interne par un accompagnement des agents volontaires pour changer de service ou de site, des indemnités financières comme une prime de changement de résidence pour se rapprocher de son nouveau lieu de travail (montant moyen de 5000 €) et une prime de mobilité d’un montant moyen de 400 € ont été mise en places, spécialement financées par l’Etat pour l’AP-HM. La prime de mobilité concerne 700 agents.

Une aide à la conversion professionnelle permet d’adapter les qualifications des personnels concernés par les transferts au contexte de réorganisation induite par le projet d’établissement ce qui est particulièrement adapté pour les filières techniques.

Enfin, les projets personnels sont pris en compte avec un dispositif de départs volontaires, socialement responsable et encadré qui inclut une aide financière sous conditions dans le cadre d’une mobilité externe (par exemple si l’agent souhaite rejoindre une entreprise privée, une association ou créer sa propre société).A ce jour 120 dossiers font l’objet d’un traitement.

Avec l’appui de la communication
Depuis mars 2010, un plan de communication a été déployé pour expliquer aux patients, aux usagers et à la population les évolutions de l’organisation médicale et indiquer les nouvelles modalités de prise en charge. Les actions sont multiples :
– information aux mairies de secteurs et aux Comités d’Intérêt de Quartier (CIQ)
– communication de proximité
– campagnes d’affichage au sein des établissements de l’AP-HM
– communication spécifique en direction de la médecine de Ville, des établissements de santé et des sociétés de transport sanitaire.
La campagne de communication se poursuivra jusqu’à la fin des opérations liées à la réorganisation de l’AP-HM.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”