Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Assistants de soins en gérontologie : 1re promo à Nancy de 10 pionnières

La mesure 20 du Plan Alzheimer 2008-2012 porte sur le développement des compétences des professionnels qui interviennent auprès des personnes atteintes de la maladie et crée une nouvelle fonction : assistant de soins en gérontologie. Un diplôme accessible par la formation continue et ouvert aux aides-soignants et aux aides médico-psychologiques. Dispensée pour la première fois à l'Institut de Formation du CHU de Nancy en cette rentrée de septembre 2010, cette formation dépasse déjà son objectif initial. Au-delà de l'acquisition de compétences ciblées, elle permet la reconnaissance d'un métier et de ses professionnels et apporte une réponse aux évolutions démographiques actuelles.

La mesure 20 du Plan Alzheimer 2008-2012 porte sur le développement des compétences des professionnels qui interviennent auprès des personnes atteintes de la maladie et crée une nouvelle fonction : assistant de soins en gérontologie. Un diplôme accessible par la formation continue et ouvert aux aides-soignants et aux aides médico-psychologiques. Dispensée pour la première fois à l’Institut de Formation du CHU de Nancy en cette rentrée de septembre 2010, cette formation dépasse déjà son objectif initial. Au-delà de l’acquisition de compétences ciblées, elle permet la reconnaissance d’un métier et de ses professionnels et apporte une réponse aux évolutions démographiques actuelles.

Elles sont une dizaine, toutes volontaires, venues d’établissements hospitaliers et de maisons de retraite de Lorraine. Pionnières, elles suivent une formation de 140 heures réparties en 5 modules visant à acquérir les compétences spécifiques liées à la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. En février 2011, elles constitueront la première promo d’assistantes de soins en gérontologie sortie de l’Institut de Formation d’Aides-soignants du CHU de Nancy. Elles devront au final être aptes à mettre en oeuvre des activités et une assistance visant la stimulation sociale et cognitive des capacités des patients dont elles ont la charge.

Attentives, ces nouvelles élèves âgées de 25 à 55 ans sont motivées et participent activement à la formation organisée par Sylvie Perrin-Ozza la directrice de l’IFAS : « J’ai tenu à ce qu’elle s’articule autour des interventions de nombreux experts comme des médecins, des psychologues, des psychomotriciens, des ergothérapeutes ou des kinésithérapeutes, venus non seulement du CHU mais aussi d’établissements privés. Nous aurons aussi des visites dans différentes structures d’accueil de la région afin de constater de visu que des initiatives existent ici et là en matière d’accompagnement et d’animation.» Pas de diplôme au bout de cette formation mais une attestation de suivi et une prime mensuelle.

L’assistant de soins en gérontologie, un secteur où les femmes sont largement majoritaires, exerce dans le cadre d’une équipe pluri-professionnelle. A son actif : les soins d’hygiène et de confort, l’aide aux personnes, la participation à la vie quotidienne et l’établissement de relations sécurisantes pour prévenir les troubles comportementaux, rompre l’isolement et stimuler les capacités des patients. De fait, ils seront à terme les collaborateurs directs des divers spécialistes para-médicaux des services.

Marie France est venue suivre la formation de son propre chef, de même qu’elle a choisi le service dans lequel elle exerce actuellement : « J’aime travailler auprès de ces patients fragilisés. C’est un service qui vit. C’est une unité déambulante ! » Ses collègues approuvent et soulignent qu’effectivement les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont « des personnes qui bougent ! » De son côté, Myriam reconnaît que « non, je n’étais pas volontaire pour travailler dans un service de gérontologie. Au début j’ai eu peur ! Il a fallu du temps. Mais aujourd’hui, nous vivons ensemble, nous sommes une famille? » Toutes sourient parce qu’elles se reconnaissent dans ces témoignages sur leur travail quotidien : elles partagent les mêmes joies, les mêmes difficultés, les mêmes contraintes et le même sentiment de « ne pas être prises en compte en tant que professionnelles »?C’est un des aspects, et non des moindres, que cette formation permet de faire émerger : la possibilité données aux aides soignantes de se rencontrer, d’échanger, de comparer leurs pratiques et de la formaliser. Un premier pas vers une reconnaissance de leur rôle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”