Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Au CHRU de Nancy, on trie les masques pour leur offrir une deuxième vie

Depuis la mi-novembre, le CHRU de Nancy expérimente le recyclage des masques en lien avec l’association Echogestes. Ces déchets, dont la quantité s’est envolée depuis le début de la pandémie, trouveront une deuxième vie comme matériels scolaires.

Depuis la mi-novembre, le CHRU de Nancy expérimente le recyclage des masques en lien avec l’association Echogestes. Ces déchets, dont la quantité s’est envolée depuis le début de la pandémie, trouveront une deuxième vie comme matériels scolaires.
Que deviennent les masques chirurgicaux une fois utilisés ? Que ce soit chez soi, dans les entreprises, les institutions ou les hôpitaux, ces nouveaux déchets finissent encore trop souvent dans les poubelles communes. Heureusement, on commence à imaginer des solutions pour les recycler. Parmi les initiatives, le CHRU de Nancy s’est récemment remarqué.

Trois millions de masques commandés sur un an

Il faut dire qu’avec la crise Covid, les commandes de masques par les hôpitaux se sont envolées. Au CHRU de Nancy, ce sont plus de trois millions de masques qui ont été commandés en 2021, pour une moyenne mensuelle de 290 000 unités. Des chiffres impressionnants et qui induisent une quantité de déchets qui l’est tout autant. Souhaitant développer une véritable filière de tri, l’établissement lorrain, qui s’inscrit depuis plusieurs années dans une démarche raisonnée et vertueuse de l’environnement (économies d’énergie, réduction du plastique notamment)  a tout de suite saisi l’opportunité lancée par l’association locale Echogestes. « Le tri des masques est un sujet d’actualité, chacun se questionne sur les possibilités de les valoriser », explique Bénédicte Bouin, étudiante ingénieure urbaniste qui a travaillé sur le développement de cette filière.

Crédit photo : CHRU de Nancy

Une deuxième vie dans les écoles

Ce mois de décembre est consacré à la récupération des milliers de masques jetés quotidiennement. Pour cela, une vingtaine de points de collecte ont été déployés sur l’ensemble des sites (Brabois, Central, Maternité et Emile Gallé), localisés stratégiquement là où les passages sont les plus importants : entrées et sorties de bâtiment, parkings etc. Personnels et usagers sont ainsi invités à trier leurs masques dans des contenants de recyclage dédiés. Seules les personnes présentant des symptômes liés au virus du Covid ou présentant des problèmes pulmonaires ne sont pas autorisées à le faire. Une fois collectés, ces bacs pleins de bleu sont mis en quarantaine une semaine avant de passer entre les mains d’Echogestes.
L’objectif de l’association est simple : transformer cette matière première en fournitures scolaires. Mais la deuxième vie n’est pas promise en un claquement de doigts. Elle suppose un nouveau cycle de traitement dont le modus operandi est le suivant : retrait des élastiques, nouvelle quarantaine durant vingt-quatre heures, broyage des masques par une presse qui se charge ensuite de les condenser et de les fondre dans un moule de règle graduée. Les bureaux d’écoliers ne sont désormais plus très loin…
La rédaction avec le CHRU de Nancy

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.