Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Au CHU d’Angers, santé publique rime avec pratique sportive

Au CHU d'Angers, l'activité physique ou la pratique du sport sont perçues comme de vrais facteurs de santé qu'il convient de soutenir, promouvoir et étudier. Elles font d'ailleurs l'objet de conventions originales entre le CHU et le monde du sport.

Au CHU d’Angers, l’activité physique ou la pratique du sport sont perçues comme de vrais facteurs de santé qu’il convient de soutenir, promouvoir et étudier. Elles font d’ailleurs l’objet de conventions originales entre le CHU et le monde du sport.

Au CHU d’Angers, nombreuses sont les équipes qui associent activité physique et actions de santé publique ou programmes d’éducation thérapeutique. Dans l’établissement, la pratique sportive est abordée avec toutes ses spécificités : de la performance chez le sportif de haut niveau à la pratique thérapeutique pour le patient ; c’est le principe du « sport pour chacun ». Sport de la performance, sport d’entretien, sport thérapeutique ou sociabilisant, les équipes hospitalières envisagent toujours sa pratique en lien avec les professionnels du sport.
Qu’elle soit étudiée au sein du « Centre Régional de Médecine du Sport » (CRMS) du CHU ou pratiquée par les patients en surpoids, l’activité sportive fait le plus souvent l’objet de partenariat avec les structures locales.

La convention « Pratique sportive et santé publique » été signée le 8 avril 2010 entre le Centre Régional de Médecine du Sport du CHU, la Direction Départementale de la cohésion sociale de Maine-et-Loire et le Comité olympique et sportif de Maine-et-Loire illustre parfaitement cette collaboration entre le secteur médical et le monde sportif. Avec son plateau technique de niveau national, le CRMS est référent tant pour le suivi des sportifs de haut niveau que pour l’expertise en matière d’intolérance à l’effort. Il est également largement engagé dans la recherche en médecine sportive. Cette convention lui permettra d’affirmer plus encore son expertise et d’en faire bénéficier les sportifs professionnels ou occasionnels du Maine-et-Loire.

Lors de la manifestation d’autres partenariats entre le CHU et le monde du sport ont été évoqués. Le plus emblématique a permis la création d’un atelier d’éducation physique pour patients obèses. Cette convention a été conclue entre la Ville d’Angers et le Comité Départemental « Sports pour tous », en octobre 2009. Avec cet atelier de pratique physique organisé en ville sous la houlette d’un éducateur sportif, le département d’endocrinologie-diabétologie-nutrition du CHU « démédicalise » la prescription sportive. Il propose au patient une activité physique « sociabilisée » sans risque de discrimination. Ce programme, original tant dans son approche que dans sa mise en oeuvre, avait d’ailleurs été précédé par une action du même type organisée par le pôle enfant du CHU pour les enfants en surpoids.

Ces actions témoignent de l’ouverture du CHU sur la ville et de son ancrage dans la santé publique. La diversité des organismes et des professionnels présents à la signature de la convention du 8 avril « Pratique sportive et santé publique » démontre l’importance de l’engagement citoyen du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”