Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Au CHU de Rennes, Nominoë améliore le bien-être des patients en fin de vie

Grâce au soutien du fonds Nominoë et de GMF solidarités, les patients en soins palliatifs au CHU de Rennes bénéficient d'une nouvelle technique de relaxation et de bien-être : le concept snoezelen. Celui-ci travaille à partir des 5 sens: ouïe, odorat, toucher, vue, goût.

Grâce au soutien du fonds Nominoë et de GMF solidarités, les patients en soins palliatifs au CHU de Rennes bénéficient d’une nouvelle technique de relaxation et de bien-être : le concept snoezelen. Celui-ci  travaille à partir des 5 sens: ouïe, odorat, toucher, vue, goût.
Deux dispositifs de relaxation, l’un fixe, l’autre mobile, ont été ainsi développés sur ce concept et mis à la disposition des patients, des familles et du personnel de l’unité de soins palliatifs. «La démarche est fondée sur l’idée que toute sensation agréable (chaleur, douceur, arôme, musique) induit une perception positive, explique le Pr Vincent Morel, chef de l’unité de soins palliatifs. Tout en bougeant, en sentant, en regardant et en écoutant, nous créons une ambiance qui apporte une aide dans l’assistance aux personnes en fin de vie».

Dispositif de relaxation mobile installé au sein de l’unité de soins palliatifs du CHU de Rennes
En sollicitant le ou les sens que chaque patient développe spontanément, le dispositif procure ainsi apaisement, endormissement ou un effet antalgique, déstressant et relaxant. Depuis son installation en janvier, plus de 50 patients ont pu profiter de ces dispositifs.

5 projets financés en 5 ans par le fonds Nominoë

Depuis son lancement en 2014, le fonds Nominoë, trait d’union entre les bretons et le CHU de Rennes, a financé 5 projets: une maison des parents pour accueillir les familles d’enfants hospitalisés, une biobanque pour comprendre les déterminants de nombreuses maladies et élaborer les traitements spécifiques à chaque patient, des tablettes communicantes pour les patients de la maternité et d’hématologie adulte, des décors et vidéos adaptés pour apaiser les jeunes enfants contraints de passer des examens d’imagerie.Pour l’avenir, Nominoë entend poursuivre son action en finançant des projets innovants pour améliorer le diagnostic et le confort de vie des patients et de leur famille.
Pour savoir plus: www.fonds-nominoe.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.