Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Au plus près du coeur des fougerais

Offrir aux fougerais un parcours de soins plus fluide et des consultations spécialisées en cardiologie, tel est l'enjeu de la nouvelle coopération nouée entre le Centre Hospitalier de Fougères et le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes

Offrir aux fougerais un parcours de soins plus fluide et des consultations spécialisées en cardiologie, tel est l’enjeu de la nouvelle coopération nouée entre le Centre Hospitalier de Fougères et le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes
Palpitations, malaises… certaines indications thérapeutiques nécessitent parfois d’avoir recours à des cardiologues spécialisés. Mais tout se complique quand 50 kilomètres séparent le patient du praticien. Pour éviter les déplacements des fougerais souffrant de problèmes cardiaques, les cardiologues du centre hospitalier de Fougères et le service de cardiologie et maladies vasculaires du CHU de Rennes leur proposent un parcours de soins coordonné et gradué et des nouvelles des consultations de sur-spécialités en rythmologie, échographie et cardiopédiatrie
Une convention cadre : coordonner et graduer le parcours de soins du patient de cardiologie
Quel que soit le point d’entrée du patient, les établissements partenaires s’engagent à tout mettre en œuvre pour lui assurer le bon niveau de soins, l’orientation adaptée et le parcours optimisé. Il s’agit de privilégier une logique de proximité et quand cela s’avère nécessaire d’organiser es transferts ou les relais en fonction des pathologies et de la criticité des cas. Quant aux médecins cardiologues du centre hospitalier de Fougères, ils pourront continuer à se former et/ou se perfectionner à certains gestes techniques au contact des équipes de cardiologie du CHU de Rennes. Sur le plan de la formation, toute action commune sera encouragée par les établissements. En matière de recherche, des études clinique portant sur les médicaments, ou le matériel biomédical sont également envisagées à teme. Enfin, pour renforcer leur attractivité vis-à-vis des professionnels de santé, les établissements s’engagent à proposer des parcours attractifs aux jeunes médecins en développant des temps médicaux partagés et en favorisant toute action allant dans le sens de l’harmonisation des pratiques professionnelles.
L’accès à des consultations de recours en rythmologie et échographies de stress pour les patients du Pays de Fougères
Très concrètement, dès le mois de janvier 2014, la convention de cardiologie offre au centre hospitalier de Fougères l’opportunité de mettre en place des activités dites de sur-spécialité assurées par des praticiens experts dans leur domaine.
Le Professeur Mabo, le Professeur Leclercq et le Docteur Pavin assureront ainsi des consultations de recours en rythmologie deux demi-journées par mois. Le Professeur Donal et le Docteur Thebaut proposeront des consultations d’échographies de stress une fois par mois. Le Docteur Basquin effectuera une consultation de cardiopédiatrie une fois par mois également.
Les cardiologues hospitaliers ou libéraux du Pays de Fougères pourront leur adresser les patients qui présentent une complexité particulière.
Le développement des partenariats médicaux avec le CHU
Cette nouvelle coopération prend racine sur un terreau déjà riche de partenariats : consultations en urologie, chirurgie vasculaire, néphrologie données par des spécialistes du CHU qui se rendent à Fougères, postes médicaux partagés, occupés par de jeunes médecins qui exercent sur les deux sites ce qui améliore les liens entre les équipes et facilite le suivi des patients. Ainsi, depuis novembre 2013, l’équipe de pédiatrie fougeraise a été renforcée avec un nouvel assistant spécialiste pédiatre en exercice partagé avec le CHU de Rennes, le Docteurr Amandine Pesty ; de même, un assistant partagé en gastroentérologie, le Docteur David Cuen, contribue désormais à l’activité de gastroentérologie.

Des filières se construisent  pour adapter la prise en charge à la complexité des situations (gradation des soins). Ainsi les AVC, la périnatalité (prise en charge des parturientes, des nouveau-nés et des enfants du territoire de santé), la réanimation et les urgences font l’objet d’accords formalisés.
D’autres projets sont en cours dans l’ensemble des disciplines afin de répondre à la double exigence d’une prise en charge spécialisée de proximité avec la sécurité d’une filière de recours vers le CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.