Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Audit pour évaluer et diminuer le temps d’attente aux urgences

Le service des urgences générales du CHU s'est engagé en mai 2005 dans une démarche d'audit pour évaluer et diminuer les temps d'attente aux urgences. Cette démarche menée par la MEAH (mission nationale d'expertise et d'audit hospitalier) se déroule sur 18 mois. A partir du diagnostic de la situation, un plan d'actions a été défini. Il concerne tous les professionnels et les partenaires du service d'accueil et de traitement des urgences : l'imagerie, la biologie, les services cliniques d'aval des urgences, les transports internes... Les premières mesures mises en place début 2006 et commencent à porter leurs fruits.

Le service des urgences générales du CHU s’est engagé en mai 2005 dans une démarche d’audit pour évaluer et diminuer les temps d’attente aux urgences. Cette démarche menée par la MEAH (mission nationale d’expertise et d’audit hospitalier) se déroule sur 18 mois. A partir du diagnostic de la situation, un plan d’actions a été défini. Il concerne tous les professionnels et les partenaires du service d’accueil et de traitement des urgences : l’imagerie, la biologie, les services cliniques d’aval des urgences, les transports internes… Les premières mesures mises en place début 2006 et commencent à porter leurs fruits.

Le diagnostic de la situation a permis dans un premier temps de valoriser la durée de passage au service d’accueil et de traitement des urgences (mars 2005) :
– consultation sans acte complémentaire : 2h 00 ;
– consultation avec actes complémentaires : 4h30 ;
– hospitalisation : 11h00 (pour les moins de 15 ans).

Pour les simples consultations, ce résultat est proche de ceux des autres hôpitaux. En revanche, pour les autres résultats, notamment les temps de passage avant hospitalisation, les 11 h sont à comparer à des temps inférieurs à 5 h dans les autres établissements.

Dans un second temps, un plan d’actions a été dégagé pour permettre de répondre à cinq objectifs :
– connaître l’activité et le temps d’attente en temps réel (informatisation du service, tableau de bord d’activité) ;
– assurer une régulation médicale du fonctionnement du service avec la mise en place d’un « médecin référent coordonnateur » qui est l’interlocuteur privilégié des services ;
– optimiser la gestion des flux (réflexions sur les circuits, sur les modalités d’hospitalisation de certains patients, fonctionnement de l’unité post accueil) ;
– rapprocher les plateaux techniques notamment la biologie et l’imagerie (installation d’un système pneumatique pour acheminer automatiquement les tubes aux laboratoires) ;
– réduire les temps d’attente liés à l’hospitalisation avec la mise en place d’un logiciel « dispolits » ;
– améliorer la qualité de la prise en charge soignante et l’information donnée aux patients et aux familles.(adapter le logiciel résurgence pour disposer d’un plan de soins).

Les premiers résultats de cet audit sont tout à fait encourageants malgré une augmentation de l’activité puisqu’ils montrent une baisse de la durée du temps d’attente (entre mars 2005 et mars 2006) tous patients confondus d’environ 1h (de 6h46 à 5h49) et de 2h pour les hospitalisés (12h37 à 10h13). La part des hospitalisés dans les passages a été également réduite passant de 34,43 % à 32,51 %.

Cet audit et les résultats qui en découlent n’ont été possibles que grâce à la mobilisation des personnels médicaux et non médicaux du service d’accueil et de traitement des urgences qu’il convient de saluer.

Toutefois leur action n’aura d’impact durable et de grande ampleur que si toute la chaîne des professionnels du CHU adhère à cette volonté de réduire les temps de passage des patients aux urgences.

La contribution de tous est nécessaire dans les services cliniques (« dispolits », sorties faites tôt dans la journée), dans les services médico-techniques (imagerie, biologie) et dans les services logistiques (transports).

Fort de cette expérience positive, le CHU de Rennes s’est engagé avec la MEAH dans un second audit sur les blocs opératoires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.