Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Autogreffe de tissu ovarien : 1ère grossesse en Alsace d’une patiente guérie d’un cancer

La belle histoire de Madame B. est symbolisée par un faire part de grossesse spontanée. Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg sont heureux et fiers d’annoncer la maternité de leur 1ère patiente traitée par chimiothérapie et en rémission totale. Une grande nouvelle et, en ce mois d’octobre rose, un espoir pour toutes les patientes aux prises avec le cancer. Explications…

La belle histoire de Madame B. est symbolisée par un faire part de grossesse spontanée. Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg sont heureux et fiers d’annoncer la maternité de leur 1ère patiente traitée par chimiothérapie et en rémission totale. Une grande nouvelle et, en ce mois d’octobre rose, un espoir pour toutes les patientes aux prises avec le cancer. Explications…
Souffrant d’un lymphome T en 2013 impliquant une chimiothérapie stérilisante, la jeune femme de 28 ans a bénéficié avant son traitement d’une préservation de tissu ovarien, une des différentes techniques de préservation de fertilité possibles proposées par le centre d’Assistance Médicale à la Procréation du CHU de Strasbourg. Son tissu ovarien sera cryoconservé. Cette opération consiste à conditionner en petits fragments le cortex ovarien pour le conserver à des températures de froid extrêmes dans de l’azote liquide. La congélation a été réalisée par le Dr Teletin, responsable du CECOS d’Alsace (Centre d’Etude et de Conservation des OEufs et du Sperme – CMCO de Schiltigheim). En 2014, la patiente recevra une greffe de moelle osseuse qui conduira à une rémission totale de son lymphome.
A la suite de son traitement lourd, un bilan a confirmé son infertilité et Mme B. a pu envisager une greffe de son tissu ovarien. Cette greffe a pour but de restaurer sa fertilité en lui permettant à nouveau de produire des ovocytes pouvant donner lieu à une grossesse spontanée. Dans le cas de Mme B., l’autogreffe a été réalisée le 15 mai 2017 à partir de ses tissus ovariens conservés depuis 2013. Des fragments de tissus conservés ont été assemblés en un chapelet puis fixés sur l’ovaire alors que d’autres ont été déposés sur la fossette ovarienne. Un an plus tard, la patiente a retrouvé ses fonctionnalités ovariennes et annonce être tombée enceinte spontanément. Cet acte chirurgical a été réalisé par le Dr Garbin et le Dr Pirrello. Il s’agissait de la deuxième greffe de ce type réalisée aux HUS et s’inscrivait dans le cadre d’un protocole de recherche national multicentrique (DATOR), dont le centre coordinateur est le CHU de Besançon. La grossesse de Mme B. est la 29ème constatée dans le cadre de ce protocole national de recherche.
La préservation de la fertilité est une prise en charge proposée aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg à tout patient sujet à une prise en charge médicale ou chirurgicale lourde pouvant impacter sa fertilité ultérieure (chimiothérapie, médicaments cytotoxiques, chirurgie extensive…). L’opération de cryoconservation est entièrement prise en charge par la sécurité sociale,
Désormais depuis juin 2018, il est possible en France de réaliser des greffes de tissu ovarien hors protocole de recherche. Dans le monde, environ 100 enfants ont pu voir le jour grâce à cette technique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.