Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Avis aux plongeurs : les consignes de sécurité du CHRU de Brest

20 plongeurs ont été secourus par le Centre 15 et l’équipe du caisson hyperbare du CHU de Brest en 2011. Des interventions qui auraient pu être évitées dans certains cas. Soucieux de prévenir les vacanciers des dangers d’un sport qui compte 340 000 adeptes, le CHRU Brest rappelle les principales règles de prudence dans un communiqué.

20 plongeurs ont été secourus par le Centre 15 et l’équipe du caisson hyperbare du CHU de Brest en 2011.  Des interventions qui auraient pu être évitées dans certains cas. Soucieux de prévenir les vacanciers des dangers d’un sport qui compte 340 000 adeptes, le CHRU Brest rappelle les principales règles de prudence dans un communiqué.
 
La plongée expose l’organisme a certaines contraintes qu’il ne faut pas négliger comme la pression, l’immersion, le froid, l’effort …. Aussi, pour découvrir les fonds sous-marins en toute sécurité, chaque plongeur doit :
• Pratiquer une activité physique régulière
• Plonger lorsqu’il se sent en forme et en pleine possession de ses moyens
• Ne pas plonger s’il se sent malade ou fiévreux
• Ne pas plonger dans les 8 jours qui suivent un syndrome grippal (fièvre + courbatures)
• Faire une visite médicale annuelle, en signalant tout événement de santé particulier les prises de médicament ; en cas de doute, demander conseil au médecin
• Bien s’hydrater et manger correctement avant la plongée
• Se réhydrater (eau plate) et se protéger du froid après la plongée
• Eviter les efforts, en particulier en fin de plongée et dans les heures qui suivent une plongée
• Vérifier son matériel avant la sortie et suivre les conseils techniques enseignés par les moniteurs
 
En cas d’accident, pour assurer la meilleure prise en charge possible, le CHRU de Brest recommande de :
• Vérifier que ce matériel est en bon état d’usage : la réglementation prévoit qu’il doit y avoir à bord des bateaux de plongée du matériel d’oxygénothérapie
• S’entrainer à la prise en charge d’un accident de plongée : sortie d’eau efficace d’un plongeur en difficulté, mise sous O2, …
• En cas d’accident ou de suspicion d’accident, ne pas hésiter à mettre le plongeur sous O2, le faire boire de l’eau plate si son état le permet et l’évacuer vers l’hôpital en appelant les secours : le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage  (CROSS ) en mer, Canal 16 par la VHF et le centre 15 sur terre. Le CROSS contacte le centre 15 qui organise la médicalisation de l’évacuation et prévient le centre hyperbare.
 
La plongé en  chiffres
A l’origine, la plongée a surtout évolué dans les secteurs industriel et militaire. La plongée sportive a par la suite, créé de très nombreuses vocations. La France compte aujourd’hui plus de 340 000 pratiquants en plongée sous-marine, dont 150 000 licenciés, qui pratiquent leur passion au sein de plus de 2 000 clubs. En 2011 , 3.076 opérations impliquant 6.855 personnes (6.260 en 2010) ont été comptabilisées. Parmi elles, sur les 5.469 secourues ou assistées, 56 sont décédées ou portées disparues (55 en 2010). Source CROSS Méditerranée

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.