Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Baclofène : Lille fait le point sur les effets indésirables

Le CHRU de Lille dresse un bilan des effets indésirables du baclofène à partir d'une étude qualitative conduite sur 104 patients. Ces personnes suivies pour leur alcoolodépendance étaient contactées téléphone au cours de leur première année de traitement. Aucun décès n’a été constaté dans ce groupe.
Le CHRU de Lille dresse un bilan des effets indésirables du baclofène à partir d’une étude qualitative conduite sur 104 patients. Ces personnes suivies pour leur alcoolodépendance étaient contactées téléphone au cours de leur première année de traitement. Aucun décès n’a été constaté dans ce groupe.

11 événements indésirables graves

Par contre, 11 événements indésirables graves ont été rapportés, parmi lesquels 3 présentaient un niveau d’imputabilité du baclofène probable ou certain, et 8 un niveau d’imputabilité possible ou douteux. 28 participants ont quitté l’étude avant la fin de l’année de suivi téléphonique, dont 10 en raison d’un événement indésirables. 

"Les données préliminaires de ce rapport doivent être interprétées avec prudence du fait du nombre encore limité de participants et d’une durée de suivi incomplète" préviennent le Dr Benjamin Rolland et le Pr Renaud Jardri, coordonnateurs investigateurs de l’étude de pharmacovigilance "BACLOPHONE". Ces premiers résultats montrent toutefois un niveau de responsabilité très variable du baclofène dans la survenue de problèmes de sécurité en cours de traitement.
Elles suggèrent également que certains événements imputables au baclofène surviennent en cas de prescription ou de prise du traitement ne respectant pas les recommandations officielles, notamment lorsque les variations de posologies sont trop rapides. Ce dernier point souligne la nécessité d’une bonne connaissance des modalités de prescription du traitement par les médecins prescripteurs et les patients, et l’intérêt de renforcer la formation des prescripteurs et l’information des patients recevant ce traitement.
Les données collectées dans le cadre de BACLOPHONE sont donc essentielles pour l’accroissement des connaissances sur l’utilisation, l’efficacité et la sécurité du médicament. Elles sont aussi précieuses pour l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé qui a accordé une mesure de recommandation temporaire d’utilisation pour le baclofène en France, en mars 2014.
Télécharger le rapport intermédiaire "Suivi téléphonique de sécurité des patients traités par baclofène pour trouble de l’usage d’alcool" – 01/01/2016 au 01/01/2017

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.