Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Budget : respect des objectifs mais une légère dégradation

Lyon termine son exercice 2014 avec une légère dégradation de son compte de résultat principal en déficit de à 22M€ contre 17M€ en 2013. Des résultats cependant supérieurs de 2 millions d'euros aux prévisions. Quant à la dette, elle a diminué de 13 millions d'euros.

Lyon termine son exercice 2014 avec une légère dégradation de son compte de résultat principal* en déficit de à 22M€ contre 17M€ en 2013. Des résultats cependant supérieurs de 2 millions d’euros aux prévisions. Quant à la dette, elle a diminué de 13 millions d’euros.
Engagé depuis près de 6 ans dans un effort sans précédent de redressement de sa situation financière, le deuxième CHU de France a donné la priorité au désendettement. Dans le même temps, l’hôpital conduisait une politique d’investissement ambitieuse d’un montant de 97 M€ en 2014 (contre 83 M€ en 2013) ! il a mené de front deux projets majeurs, la rénovation de l’hôpital Edouard Herriot et la mise en sécurité de l’hôpital Louis Pradel. En 2014, les Hospices Civils de Lyon ont aussi achevé la réorganisation des fonctions logistiques avec notamment l’ouverture d’une nouvelle blanchisserie. Enfin, de nouvelles organisations ont été déployées comme la chirurgie ambulatoire qui continue sa progression, à un rythme 5 fois plus rapide que le reste de la chirurgie.
« Dans un contexte particulièrement difficile, reflet de la situation nationale et des contraintes qui pèsent sur les comptes de la santé, les HCL ont réussi à tenir leurs objectifs budgétaires. Je tiens à remercier l’ensemble des personnels médecins, soignants, personnels techniques et administratifs pour leur mobilisation. Les HCL sont naturellement déterminés à poursuivre leurs efforts vers le retour à l’équilibre financier, d’autant que le contexte 2015 s’annonce encore plus contraint que celui de 2014.» a déclaré Dominique Deroubaix, Directeur Général des Hospices Civils de Lyon.
Dans son communiqué, la direction confirme le redressement financier engagé depuis 2009 et précise que le compte de résultat consolidé (qui comprend les activités dites « annexes » : écoles de formation, établissements pour personnes âgées dépendantes, unités de soins de longue durée et gestion immobilière) dégage un déficit de 3 M€ après cession d’actifs pour un montant de 14 M€.
La marge brute atteint 4.4% (hors aides de l’ARS), conformément à l’Etat prévisionnel des recettes et des dépenses approuvé. Elle accuse un retrait par rapport à 2013 (5.6%). La capacité d’autofinancement qui représente 65 M€ (84 M€ en 2013), est en légère progression par rapport aux projections. Enfin, l’endettement s’est réduit à 881 M€ contre 894 M€ en 2013, conformément à l’objectif du contrat de retour à l’équilibre financier.
*Le budget principal concerne l’activité hospitalière. Le budget consolidé comprend, en sus, les activités dites « annexes » : écoles de formation, établissements pour personnes âgées dépendantes, unités de soins de longue durée et gestion immobilière.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”