Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Caen, premier CHU à signer un bail emphytéotique

Pour assurer la conception, la construction, le financement, l'exploitation et la maintenance du futur hôpital "Femmes-Enfants-Hématologie" (F.E.H.), le C.H.U. de Caen a eu recours à un partenariat public-privé (P.P.P.) dans le cadre d'un bail emphytéotique hospitalier (B.E.H.). Pièce maîtresse du plan directeur du C.H.U. de Caen, cet établissement regroupera à l'horizon 2009, sur le site unique de Côte de Nacre toutes les activités de médecine, chirurgie et obstétrique de l'établissement nécessitant le recours au plateau technique.

Pour assurer la conception, la construction, le financement, l’exploitation et la maintenance du futur hôpital « Femmes-Enfants-Hématologie » (F.E.H.), le C.H.U. de Caen a eu recours à un partenariat public-privé (P.P.P.) dans le cadre d’un bail emphytéotique hospitalier (B.E.H.). Pièce maîtresse du plan directeur du C.H.U. de Caen, cet établissement regroupera à l’horizon 2009, sur le site unique de Côte de Nacre toutes les activités de médecine, chirurgie et obstétrique de l’établissement nécessitant le recours au plateau technique.

Brigitte LE BRETHON, Président du Conseil d’Administration du C.H.U., Député-Maire de la ville de Caen et Pierre RAYROLES, Directeur Général du C.H.U. ont présenté le projet et son financement à la presse, le jeudi 1er juin 2006, en présence de Christophe LIROT, Président de « Nacre 2008 » (groupement lauréat) et Jean-François BONNE, Architecte.

Lancée au printemps 2004, la procédure de consultation s’est conclue en février 2006, par l’approbation en Conseil d’Administration du C.H.U. de l’offre déposée par le groupement « QUILLE ABN-AMRO ». La signature du contrat est intervenue, en mars 2006, avec la société « Nacre 2008 » regroupant trois partenaires (ABN-AMRO, QUILLE, EXPRIMM), porteurs du projet. « Nacre 2008 » mettra à disposition du CHU de Caen, pendant 25 ans, un ouvrage durablement adapté à sa mission hospitalière. Les travaux devraient débuter à l’automne 2006 et s’achever en avril 2009.

Le futur hôpital « Femmes-Enfants-Hématologie », d’une superficie de 34 000 m2 aura une capacité d’accueil de 345 lits répartis sur quatre étages. Les dépenses globales d’investissement pour cette opération ont été évaluées à 89 millions d’euros H.T. Le C.H.U. s’acquittera d’un loyer annuel de l’ordre de 10 millions d’euros grâce à un financement accordé dans le cadre du Plan Hôpital 2007.

L’hôpital « Femmes-Enfants-Hématologie » permettra demain à la ville de Caen, de continuer à se prévaloir d’un service public hospitalier performant, garantissant à l’ensemble de la Région une très grande qualité de soins et d’enseignement médical.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.