Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Calculs rénaux : les avantages du traitement par laser

Le traitement des calculs rénaux par laser : une technique efficace et non invasive, unique Picardie. Depuis deux ans, le service d'Urologie-Transplantation du CHU d'Amiens propose le traitement des calculs rénaux et de l'uretère en utilisant la technique du laser. Avec près de 120 patients traités depuis 2008, ce nouvel outil thérapeutique a pris une place de choix dans l'arsenal des traitements des calculs rénaux, détrônant la chirurgie classique du calcul. Ses avantages sont nombreux, pas de risque de lésion rénale, de faibles douleurs postopératoires et un retour au domicile programmé dès le lendemain de l'intervention.

Le traitement des calculs rénaux par laser : une technique efficace et non invasive, unique Picardie. Depuis deux ans, le service d’Urologie-Transplantation du CHU d’Amiens propose le traitement des calculs rénaux et de l’uretère en utilisant la technique du laser. Avec près de 120 patients traités depuis 2008, ce nouvel outil thérapeutique a pris une place de choix dans l’arsenal des traitements des calculs rénaux, détrônant la chirurgie classique du calcul. Ses avantages sont nombreux, pas de risque de lésion rénale, de faibles douleurs postopératoires et un retour au domicile programmé dès le lendemain de l’intervention.

Cette nouvelle technique opératoire est basée sur l’utilisation d’une caméra miniaturisée couplée à une source laser dont l’énergie est capable de fragmenter les calculs. Cette intervention est destinée à traiter tous les calculs situés dans les voies urinaires, lorsque ceux-ci ne peuvent pas s’éliminer spontanément ou être traités par ondes de choc. Elle remplace les anciennes techniques chirurgicales par ponction du rein ou avec ouverture cutanée, qui exposaient les patients à un risque hémorragique parfois important pendant l’intervention, mais surtout au risque de lésion rénale irréversible.

Comme pour toute intervention chirurgicale, une consultation d’anesthésie est nécessaire quelques jours avant l’intervention (ou quelques heures avant en cas d’urgence). L’intervention dure un peu plus d’une heure et se déroule habituellement sous anesthésie générale ou sous anesthésie locorégionale. Le chirurgien, guidé par une caméra miniaturisée introduite par les voies naturelles par le canal de l’urètre, fragmente le calcul en fine poussière à l’aide de la source laser adaptée.

Une fois le calcul traité, il peut être utile de positionner une sonde dans le rein pendant 24 heures. Dans la plupart des cas, les douleurs après l’intervention sont minimes et facilement traitées par les antalgiques habituels. Les patients sont autorisés à reprendre une alimentation normale le soir et à quitter l’établissement le lendemain de l’intervention. Cette nouvelle technique opératoire pourrait dans un proche avenir être organisée en chirurgie ambulatoire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”