Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : 100 seins reconstruits par microchirurgie DIEP, sans prélèvement musculaire

En juin 2012, Christiane passe une mammographie et le diagnostic tombe : cancer du sein. Son médecin lui conseille la mastectomie (ablation du sein), pour éliminer les cellules cancéreuses. Très vite, elle prend sa décision : oui à la mastectomie, « pour ne pas vivre avec une épée de Damoclès », mais à condition de bénéficier d’une reconstruction du sein. Après des recherches, Christiane se tourne vers le service de chirurgie plastique et réparatrice de la Conception

En juin 2012, Christiane passe une mammographie et le diagnostic tombe : cancer du sein.  Son médecin lui conseille la mastectomie (ablation du sein), pour éliminer les cellules cancéreuses. Très vite, elle prend sa décision : oui à la mastectomie, « pour ne pas vivre avec une épée de Damoclès », mais à condition de bénéficier d’une reconstruction du sein.  « J’ai fait ce choix  car je voulais retrouver ma féminité après le traumatisme que représente l’apparition d’un cancer et l’ablation d’un sein ». Après des recherches, Christiane se tourne vers le service de chirurgie plastique et réparatrice de la Conception (AP-HM), où le Pr Dominique Casanova pratique depuis plusieurs années une technique révolutionnaire de reconstruction du sein : le DIEP (Deep Inferior Epigastric Perforator), qui utilise les propres tissus graisseux de la patiente. Aujourd’hui Christiane fait partager son expérience et a lancé une association « rebondir ensemble »

Un travail minutieux de microchirurgie
Pas de prothèses qu’il faut changer tous les dix ans, pas de muscles sacrifiés : grâce à un travail très minutieux de microchirurgie, le chirurgien prélève de la peau, des tissus graisseux et des vaisseaux sanguins dans la zone abdominale de la patiente. Il va ensuite les greffer au niveau du thorax, vaisseau après vaisseau, pour reconstituer un  sein vivant.
Cette microchirurgie qui exige des compétences et un plateau technique de haut niveau est pratiquée par un très petit nombre de chirurgiens depuis son introduction en France en 1994.  « C’est une opération  longue (entre 5 et 8 heures) », précise Christiane. « Mais elle donne au sein une forme et une souplesse complètement naturelles ».  « La reconstruction est définitive, le sein évoluant ensuite comme un sein normal » ajoute le Pr Dominique Casanova.

« Une deuxième vie »
Après une deuxième intervention de « symétrisation » sur son autre sein, Christiane est aujourd’hui heureuse d’afficher sa féminité retrouvée et « ses seins de 20 ans ». Elle vient de créer une association* pour aider les femmes atteintes de cancer du sein qui sont souvent perdues et livrées à leur solitude et leur angoisse. « Je veux leur faire partager mon expérience, et leur montrer que j’en suis sortie avec une deuxième vie devant moi ! ».

Depuis 4 ans, le Service de Chirurgie Plastique et Réparatrice du Pr Casanova a utilisé le DIEP chez une centaine de patientes.
* Association « Rebondir ensemble » : kristo.fr13@wanadoo.fr – 06 22 60 60 39 – http://www.unnouveaumonde.org/site/index.php/le-diepune-deuxieme-vie/

Service de chirurgie plastique et réparatrice Hôpital Conception
En  savoir plus sur les méthodes de reconstruction :   http://www.diep-asso.fr/ Association pour la Reconstruction du Sein par D.I.E.P./

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.