Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : des équipements high tech pour un meilleur diagnostic des patients

Deux tomographes par émission de positons (TEP) seront en service dans le courant du 2ème trimestre 2012 sur le site du CHU de Poitiers, dans un nouveau bâtiment appelé « GIE Positon Poitou-Charentes ». Ces équipements sont synonymes de diagnostics précoces et plus précis et de meilleure surveillance pour les patients souffrant de tumeurs pulmonaires, digestives (de l’œsophage au canal anal), lymphoïdes (lymphomes malins, maladie de Hodgkin), pancréatiques et ORL, mais aussi de tumeurs plus rares tels que, par exemple, glioblastomes, mélanomes, cancers des testicules, plèvre, sarcomes osseux ; les tumeurs visibles par le TEP représentent environ 70% des cancers.

Deux tomographes par émission de positons (TEP) seront en service dans le courant du 2ème trimestre 2012 sur le site du CHU de Poitiers, dans un nouveau bâtiment appelé « GIE Positon Poitou-Charentes ». Ces équipements sont synonymes de diagnostics précoces et plus précis et de meilleure surveillance pour les patients souffrant de tumeurs pulmonaires, digestives (de l’œsophage au canal anal), lymphoïdes (lymphomes malins, maladie de Hodgkin), pancréatiques et ORL, mais aussi de tumeurs plus rares tels que, par exemple, glioblastomes, mélanomes, cancers des testicules, plèvre, sarcomes osseux ; les tumeurs visibles par le TEP représentent environ 70% des cancers.
Particularité de l’installation : son mode d’exploitation sous forme de Groupement d’intérêt économique. Fondé en 2004, le « GIE Positon Poitou-Charentes » associe le CHU et la société Scintigraphie du Centre d’imagerie du Poitou représentant les professionnels de santé libéraux. Les deux partenaires assument à parts égales les investissements, les charges d’exploitation, la gestion du personnel médical et paramédical. Quant aux plages d’examens, elles sont réparties de manière équitable entre les équipes médicales du public et du privé. Actuellement 2 500 poitevins ont déjà bénéficié de cet examen médico-technique effectué dans le cadre du GIE.
La pose de la première pierre du bâtiment s’est déroulée le 29 septembre 2011 en présence des administrateurs Jean-Pierre Dewitte, directeur général du CHU de Poitiers  et le docteur Philippe Chartier, Président du Centre d’imagerie du Poitou, d’Alain Claeys, député-maire et président du conseil de surveillance du CHU de Poitiers, et de François-Emmanuel Blanc, directeur de l’Agence régionale de santé Poitou-Charentes.
L’investissement s’élève à 5 millions d’euros au total dont 3,5 millions d’euros pour les équipements.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.