Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer du larynx : chirurgie et curage ganglionnaire assistés par robot

Au CHU de Nîmes, un patient atteint d’un cancer du larynx a bénéficié d’une chirurgie et d’un curage ganglionnaire au moyen d’un système robotique, le 17 février 2015. Une 1ère européenne à mettre à l'actif des services d’oto-rhino-laryngologie (ORL) et de chirurgie maxillo-faciale (CMF). Aujourd'hui, le patient, un homme d’une cinquantaine d’années, se porte bien, il est rentré à son domicile après 7 jours d’hospitalisation dans d’excellentes conditions.

Au CHU de Nîmes, un patient atteint d’un cancer du larynx a bénéficié d’une chirurgie et d’un curage ganglionnaire au moyen d’un système robotique, le 17 février 2015. Une 1ère européenne à mettre à l’actif des services d’oto-rhino-laryngologie (ORL) et de chirurgie maxillo-faciale (CMF). Aujourd’hui, le patient, un homme d’une cinquantaine d’années, se porte bien, il est rentré à son domicile après 7 jours d’hospitalisation dans d’excellentes conditions.
Ce résultat optimal obtenu après trois années de travaux préliminaires, devrait permettre à l’équipe de chirurgiens ORL du Pr Benjamin Lallemant de reproduire cette intervention sur deux nouveaux patients, conformément au protocole de recherche clinique utilisé.

Une avancée dans le traitement des cancers ORL et en matière de recherche chirurgicale

C’est l’ablation combinée d’un cancer du larynx par voie buccale et des ganglions du cou par un même robot chirurgical passant par le creux de l’aisselle qui fait de cette prouesse une innovation.
Cette procédure chirurgicale, en cours d’évaluation, offre potentiellement de nombreux avantages. Elle épargne au patient une cicatrice de plus de 20 cm visible au niveau du cou, évite la réalisation d’une ouverture de la trachée et le port d’une canule respiratoire pendant plusieurs jours et diminue les troubles de l’alimentation post-opératoire. Ce dispositif accélère aussi la phase de cicatrisation, favorisant une sortie précoce de l’hôpital.

Cette avancée technologique se double d’une avancée méthodologique en matière de recherche chirurgicale. En effet, la mise au point de cette nouvelle technique est réalisée dans un cadre méthodologique innovant, coordonné par l’équipe de recherche clinique du Pr Paul Landais. Il s’agit d’un protocole d’étude comparable à ceux utilisés pour le développement des nouveaux médicaments. 

L’intervention est notamment filmée, contrôlée puis analysée par un comité indépendant de chirurgiens. Ce type d’étude garantit un maximum de sécurité à la personne opérée et aux équipes chirurgicales un retour d’expérience nettement amélioré. Cette méthode permet également de rationnaliser l’utilisation des dispositifs médicaux innovants tels que les systèmes de robot-assistance chirurgicale.
La France à la pointe de la chirurgie robot-assistée en ORL
Les équipes universitaires françaises de chirurgie ORL font partie des leaders mondiaux dans le domaine de la recherche chirurgicale robot-assistée. Dès 2010, l’équipe du CHU de Nîmes avait réalisé la 1ère thyroïdectomie totale robot-assistée et fut l’une des pionnières dans le traitement de cancers de la sphère ORL par voie trans-orale en utilisant un robot-endoscope.

Les équipes des CHU de Bordeaux, Limoges, Lille, Lyon, Nîmes, Tours et Toulouse se sont fédérées dès 2009 pour mettre au point et évaluer de nouvelles techniques chirurgicales, dont les résultats font l’objet de publications scientifiques régulières.

L’école d’Oto-rhino-laryngologie française témoigne à nouveau de son dynamisme sur le plan de la recherche et de l’enseignement. Elle accueillera le congrès mondial de la spécialité du 24 au 28 juin 2017 à Paris. http://ifosparis2017.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”