Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer du poumon : ablation d’un lobe de poumon en ambulatoire, une prouesse à Rennes

Des chirurgies de plus en plus lourdes se déroulent en ambulatoire. A Rennes, une patiente âgée d'une soixantaine d'années, traitée pour un cancer du poumon à un stade précoce, s’est fait retirer un lobe du poumon par une chirurgie mini-invasive. Entrée le matin, elle a pu regagner son domicile le soir-même de l’opération avec un petit drainage très bien supporté. En temps normal, la patiente aurait dû séjourner 4 jours en moyenne à l’hôpital. L’opération, une lobectomie pulmonaire, a été réalisée le 27 mars 2018 par le Pr Bertrand Richard de Latour chirurgien thoracique exerçant au CHU de Rennes et à la polyclinique Saint-Laurent (HSTV) dans la cadre de l’Institut Rennais du Thorax et de Vaisseaux.
Des chirurgies de plus en plus lourdes se déroulent en ambulatoire. A Rennes, une patiente âgée d’une soixantaine d’années, traitée pour un cancer du poumon à un stade précoce, s’est fait retirer un lobe du poumon par une chirurgie mini-invasive. Entrée le matin, elle a pu regagner son domicile le soir-même de l’opération avec un petit drainage très bien supporté. En temps normal, la patiente aurait dû séjourner 4 jours en moyenne à l’hôpital. L’opération, une lobectomie pulmonaire, a été réalisée le 27 mars 2018  par le Pr Bertrand Richard de Latour chirurgien thoracique exerçant au CHU de Rennes et à la polyclinique Saint-Laurent (HSTV) dans la cadre de l’Institut Rennais du Thorax et de Vaisseaux. 
Il s’agit d’une 1ère pour cette équipe, reconnue au niveau national

L’alliance de la technicité et de l’expertise au bénéfice du patient 

L’ablation d’un lobe de poumon est rendue possible en ambulatoire grâce à l’expertise de l’équipe et au développement des techniques de chirurgie mini-invasives qui utilisent des instruments longs et fins, couplés à un système d’imagerie vidéo.
Ce protocole hautement spécialisé requiert une approche pluridisciplinaire de la préparation et du suivi post-opératoire du patient. 
Autour du chirurgien, c’est toute une équipe qui concourt à la réussite de cette opération. Afin de favoriser une bonne réhabilitation respiratoire, un kinésithérapeute est intervenu en amont de l’intervention et dès le réveil de la patiente. A peine 3h après l’opération, il l’accompagnait dans ses premiers pas. L’anesthésiste a pratiqué une analgésie permettant une prise en charge spécifique et optimale de la douleur. Les infirmières à domicile ont été spécialement formées pour la vérification du drain à domicile et la gestion de la douleur. La rigueur de leur suivi et la coopération de la patiente ont accéléré son rétablissement.
Le recours à la chirurgie mini-invasive permet une réduction des douleurs et des complications post-opératoires, et une récupération plus rapide. Il garantit ainsi une prise en soin sécurisée et un meilleur confort au patient. 

La coopération CHU Rennes / Polyclinique Saint-Laurent garantit au patient des soins optimisés quelle que soit sa porte d’entrée

Le Pr Bertrand Richard de Latour exerce au CHU de Rennes et à la Polyclinique Saint-Laurent dans le cadre de l’Institut Rennais du Thorax et des Vaisseaux (IRTV). Espace de coopération entre le CHU de Rennes et la Polyclinique Saint-Laurent – Groupe HSTV, créé en 2012, l’IRTV permet à un patient atteint d’une pathologie thoracique ou vasculaire d’avoir accès dans des délais rapides aux compétences, équipements et professionnels lui garantissant un parcours de soin optimisé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.