Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer du rein : les chirurgiens mettent au point l’image palpable avec l’imprimante 3D

Le rein est un organe profond, enfoui au fond de l’organisme et chaque intervention demande au chirurgien un effort mental pour se représenter la tumeur et les étapes de l’intervention. Jusqu'à présent le praticien s'aidait des données de l’imagerie en noir et blanc et en coupes qu'il devait interpréter. Aujourd'hui, grâce à une application médicale spécifique à la pathologie tumorale rénale, il est aisé d'avoir une vision très précise de la tumeur rénale et de son volume en l'imprimant en 3 dimensions.

Le rein est un organe profond, enfoui au fond de l’organisme et chaque intervention demande au chirurgien un effort mental pour se représenter la tumeur et les étapes de l’intervention. Jusqu’à présent le praticien s’aidait des données de l’imagerie en noir et blanc et en coupes qu’il devait interpréter. Aujourd’hui, grâce à une application médicale spécifique à la pathologie tumorale rénale, il est aisé d’avoir une vision très précise de la tumeur rénale et de son volume en l’imprimant en 3 dimensions.
Cette application est le fruit d’une collaboration internationale inédite entre le service d’urologie, andrologie et transplantation rénale du CHU de Bordeaux, l’Institute of Urology de Los Angeles (University of Southern California) et le service d’urologie de Tokyo (Teikyo University). Le modèle a été présenté les 16 et 17 octobre 2015 lors du salon 3D Printshow de Paris, à l’occasion d’une conférence grand public donnée par le Dr Jean-Christophe Bernhard, praticien hospitalier universitaire au CHU de Bordeaux.
Une meilleure planification opératoire des interventions complexes
L’impression 3D est une technologie à fort potentiel dans le domaine de la santé. L’une des transpositions médicales d’intérêt consiste à rendre palpable et à donner une forme tridimensionnelle physique aux informations issues de l’imagerie médicale. Cette modélisation, permet au chirurgien d’améliorer la qualité de sa planification opératoire notamment en vue de la réalisation d’une chirurgie conservatrice ou néphrectomie partielle.
Cancer du rein : l’ablation de la tumeur, un geste de haute technicité aidé par la 3D
Cette intervention, parmi les plus complexes de la chirurgie urologique, consiste, lorsque le rein est atteint d’une tumeur, à n’enlever que celle-ci pour conserver un maximum de parenchyme sain et ainsi préserver au mieux la fonction rénale du patient. La réussite de cette intervention est tout d’abord sous-tendue par la capacité du chirurgien à se représenter l’emplacement de la tumeur dans le volume global de l’organe de façon à en définir « l’approche » la plus adaptée. Quand vient le temps de l’exérèse tumorale, tout l’enjeu est ensuite de parvenir à libérer avec le plus de délicatesse possible, la tumeur dans sa totalité (sans en laisser) tout en respectant les structures adjacentes indispensables au bon fonctionnement du rein que l’on souhaite conserver : vaisseaux (artères, veines), parenchyme sain et cavités collectrices (cavités à l’intérieur du rein qui récupèrent les urines produites). Une meilleure représentation de la tumeur aide à mieux en planifier l’accès et la dissection.
« Bien évidemment la finesse et la précision du modèle 3D dépendent de la qualité de l’imagerie réalisée, nous ayant conduits, avec le service de radiologie du CHU de Bordeaux à mettre au point un protocole dédié.
La finesse de la planification vient ainsi aujourd’hui, précéder et compléter la finesse de la dissection offerte par l’assistance robotique. » commente le Dr JC. Bernhard
 

Vues comparées TDM (Topography and Deformation Measurement)  – Modèle 3D
Avec l’impression 3D, le patient visualise mieux et comprend mieux l’intervention qui lui est proposée
Mais l’intérêt de ces modèles ne s’arrête pas là ! Ils permettent aussi d’améliorer la qualité de l’information dispensée au patient et de faciliter la compréhension de la pathologie et de l’intervention proposée. L’article récemment publié dans le World Journal of Urology a ainsi démontré, en fonction des composantes étudiées, un niveau de compréhension des patients nettement amélioré de +16 à +50% (1).
Avec l’impression 3D, le chirurgien améliore sa préparation
Enfin, dans la mesure où l’impression 3D permet de représenter fidèlement et  physiquement les données de l’imagerie médicale en créant des modèles personnalisés, patient-spécifiques, cette technologie représente sans nul doute l’avenir de l’enseignement et de la simulation chirurgicale. "Comme un pilote simule son atterrissage à New-York ou Paris, demain, le chirurgien pourra certainement, grâce l’impression 3D, pratiquer, la veille, l’intervention du lendemain !" signale le Dr JC. Bernhard
(1) Bernhard JC, Isotani S, Matsugasumi T, et al. Personalized 3D printed model of kidney and tumor anatomy: a useful tool for patient education. World J Urol. 2015 Jul 11.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”