Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : un label pour la médecine de précision de Marseille

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille vient d’être labellisée centre d’essais cliniques de phase précoce en cancérologie (CLIP²) par l’Institut national du cancer* ; une reconnaissance de l’expertise marseillaise et de sa contribution au développement de la médecine de précision. Centre investigateur de premier plan, le CHU de Marseille assure aux patients l'accès aux molécules innovantes.

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille vient d’être labellisée centre d’essais cliniques de phase précoce en cancérologie (CLIP²) par l’Institut national du cancer* ; une reconnaissance de l’expertise marseillaise et de sa contribution au développement de la médecine de précision. Centre investigateur de premier plan, le CHU de Marseille assure aux patients l’accès aux molécules innovantes. De rayonnement international, il contribue à l’accélération du développement académique et industriel de nouveaux traitements en cancérologie.
Les principaux axes thérapeutiques développés dans le centre d’essais cliniques de phase précoce en cancérologie portent sur  la recherche de cibles activables, c’est-à-dire des anomalies biologiques présentes dans les cellules tumorales pouvant être bloquées par un médicament spécifique, dit bio-guidé. Les équipes étudient le contrôle de l’interaction entre les cellules tumorales et leur environnement (avec là aussi l’identification d’anomalies biologiques guidant les traitements), notamment avec  les anti-angiogéniques et l’explosion actuelle de l’immunothérapie.
Coordonné par le Pr Fabrice Barlesi  (partie adulte) et le Dr Nicolas André(partie pédiatrie), le centre d’essais précoce en cancérologie de Marseille (CEPCM) associe l’ensemble des acteurs de la cancérologie de l’AP-HM**. Il est l’un des 6 centres français proposant à la fois un centre adulte et un centre pédiatrique
Offrir un accès précoce aux thérapies innovantes
L’oncologie moderne impose d’une part, de développer des stratégies pour mettre en évidence les anomalies biologiques au sein des cellules tumorales avec une analyse, non plus de quelques gènes de la tumeur mais de l’ensemble des gènes de la tumeur (par des techniques biologiques de plus en plus sophistiquées et rapides). Et d’autre part, de disposer d’un panel de médicaments bloquant chacune de ses cibles potentielles.  Actuellement, seuls quelques médicaments sont commercialisés. La majorité est en cours de développement et accessible seulement au travers des essais cliniques, le plus souvent de phase précoce.

La plateforme de génétique moléculaire de l’AP-HM labélisée par l’INCa apporte, à chaque malade, gratuitement, quel que soit son lieu de prise en charge, le résultat de l’évaluation de biomarqueurs validés. Cette plateforme implémente actuellement les techniques « haut débit » qui permettront à terme une analyse et une description complète de nombreux voire de tous les gènes de la tumeur.
Les centres de référence de traitement du cancer, et notamment le réseau des Centres Labélisés par l’INCa de Phases Précoces (CLIP²), comme le Centre d’Essais Précoces en Cancérologie de Marseille, assurent un accès le plus large possible aux traitements anticancéreux commercialisés ou en cours de développement.
Un souci constant de la sécurité des malades
Un des atouts du centre d’essais précoces en cancérologie de Marseille (CLIP²) repose sur l’intégration de spécialistes experts dans de nombreux domaines, organisés, pour assurer une surveillance autour de l’Onco-Safety Network®. Ce réseau permet d’évaluer avec un haut niveau d’expertise, tous les évènements médicaux pouvant survenir chez les patients bénéficiant de ces nouveaux traitements anticancéreux.
Evaluer l’impact de la médecine de précision
Marseille participe activement à une première étude de très grande ampleur, biomarqueurs France, conduite par l’Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique (IFCT), et soutenue par l’INCa, sur plus de 17 000 malades atteints de cancer bronchique. Cette étude devrait apporter une première évaluation de l’impact de la médecine de précision sur le traitement du cancer.

* L’Institut national du cancer est une agence d’expertise sanitaire et scientifique en cancérologie.
** Département d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique, Hôpital de La Timone Enfants (Pr Michel, Dr André), Département de Dermatologie et Cancérologie Cutanée, Hôpital de La Timone (Pr Grob), Département d’Oncologie Digestive et Hépato-Gastro-Entérologie, Hôpital de La Timone (Prs Seitz et Dahan), Département d’Oncologie Médicale, Hôpital de La Timone (Pr Duffaud), Département d’Oncologie Multidisciplinaire et Innovations Thérapeutiques, Hôpital Nord (Pr Barlesi, Dr Greillier), Département de Neuro-Oncologie, Hôpital de La Timone (Pr Chinot), Unité d’Hématologie et Thérapie Cellulaire, Hôpital de La Conception (Pr Costello).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”