Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Canicule : une situation apaisée, une vigilance maintenue

Le 14 août 2003, le CHU de Nice rédigeait un communiqué expliquant le dispositif déployé pour faire face à la vague de chaleur.

Le 14 août 2003, le CHU de Nice rédigeait un communiqué expliquant le dispositif déployé pour faire face à la vague de chaleur.

Confronté depuis deux mois à la vague de chaleur, le CHU de Nice a pris les devants pour faire face à l’arrivée des patients.

Le dispositif
Une organisation spécifique a été mise en place sous forme d’un point effectué deux fois par jour, et d’un staff hebdomadaire pluridisciplinaire en cas de pics d’activités. Cette vigilance préventive a permis ainsi d’adapter assez rapidement l’offre de lits à la demande lors des difficultés rencontrées pendant les pics de juillets et d’août.

L’activité des urgences
L’activité de juillet a été en augmentation de 2% par rapport celle de l’an dernier, et, pour le début du mois d’août on constate une augmentation de 8%. Ces proportions se vérifient tant au niveau des passages aux urgences que de l’hospitalisation.
Sur le mois de juillet deux à trois pics d’activité ont été relevés. En août, on en dénombre déjà trois pour environ 260 à 270 passages aux urgences.
L’augmentation du nombre de décès traduit une légère augmentation en juillet et les chiffres du mois d’août sont nettement plus élevés : plus 57 décès du 25 juillet au 13 août, soit une hausse de 40% par rapport à 2002.

La situation aujourd’hui
Aujourd’hui 14 août, la situation aux urgences est relativement calme. En milieu de journée, il n’y avait pas d’attente d’hospitalisation.

La préparation du week-end du 15 août
Pour se préparer à toute éventualité et notamment au long du week-end, outre le dispositif mis en place depuis deux mois, ont été programmés :
22 lits d’hospitalisation pouvant être disponibles immédiatement, 24 autres avec des moyens en personnels qu’il faudrait solliciter mais pouvant être ouverts en 12 heures et enfin le troisième niveau d’intervention pour le CHU serait le déclenchement de son plan blanc. Cette solution ultime n’est pas d’actualité. Il n’est en effet, au regard de la situation actuelle, pas nécessaire de l’activer.
La mise en oeuvre de l’une ou l’autre de ces trois possibilités sera décidée par la Directeur après avis les responsables médicaux et soignants.

Enfin, aucune difficulté n’est à noter au niveau de la chambre mortuaire du CHU.

La situation est globalement bien maîtrisée au CHU grâce à la conscience professionnelle de son personnel. Inactifs ou actifs certains hospitaliers se sont déjà proposés comme volontaire en cas de pics d’activités.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”