Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardio : le plus petit stimulateur au monde implanté à Clermont-Ferrand

2,6 cm de long et 0, 6 cm de large, le plus petit stimulateur cardiaque au monde, le Micra™ TPS (Trans Catheter pacing system) vient d’être implanté dans le cœur d’un patient souffrant de ralentissements du rythme cardiaque par les Docteurs Frédéric Jean et Romain Eschalier du service de Cardiologie Cardiologie (unité de stimulation cardiaque et défibrillation cardiaque) du CHU de Clermont-Ferrand. Une avancée majeure en matière de stimulation cardiaque.

2,6 cm de long et 0, 6 cm de large, le plus petit stimulateur cardiaque au monde, le Micra™ TPS (Trans Catheter pacing system) vient d’être implanté dans le cœur d’un patient souffrant de ralentissements du rythme cardiaque par les  Docteurs Frédéric Jean et Romain Eschalier du service de Cardiologie Cardiologie (unité de stimulation cardiaque et défibrillation cardiaque) du CHU de Clermont-Ferrand. La  technique d’implantation innovante et la taille du dispositif permettent de réduire le temps d’intervention ainsi que la durée de convalescence ; une  avancée majeure en matière de stimulation cardiaque.
Les bénéfices pour les patients
La taille du Micra™ TPS est comparable à celle d’un gros comprimé de vitamines soit un dixième de la taille d’un stimulateur cardiaque classique (< 2 grammes, 0.8cc, 6.7×25.9 mm). C’est à l’heure actuelle le plus petit système de stimulation transcathéter au monde.
Le Micra™ TPS est un dispositif miniaturisé sans sonde entièrement autonome, conçu pour fournir aux patients souffrant de bradycardie la technologie de stimulation la plus avancée, avec une approche mini-invasive. Actuellement celui-ci ne peut remplacer que les stimulateurs cardiaques simple chambre (c’est-à-dire avec une seule sonde dans le ventricule droit).
Le Micra™ TPS est mis en place directement dans le cœur via un cathéter inséré dans  la veine fémorale. Une fois positionnée, cette CardioCapsule est solidement attachée aux parois du ventricule et peut être repositionnée si nécessaire. La CardioCapsule ne nécessite pas l’utilisation de sondes de stimulation cardiaque pour se connecter avec le cœur. Fixé au cœur par de petites ancres, le stimulateur cardiaque délivre les impulsions électriques qui régulent le rythme cardiaque grâce à une électrode située à l’extrémité du dispositif.
La mise en place du Micra™ TPS ne requiert pas d’incision dans la poitrine ou la création d’une «poche» chirurgicale sous la peau, contrairement aux techniques d’implantation actuelles de stimulateur cardiaque. Quant aux risques infectieux, ils doivent être considérablement réduits.
La combinaison de ces technologies innovantes élimine une source de complications potentielles liées au dispositif et supprime tout signe visible de l’appareil. Les patients n’ont plus de cicatrice et bénéficient d’un temps de convalescence plus court.

A l’avenir, cette technologie pourra être élargie à l’ensemble des patients avec des implantations dans plusieurs cavités cardiaques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”