Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardiologie : suivi sur mesure pour patients à risque

Pour éviter une rechute après la pose d'un stent coronaire (ressort utilisé pour dilater une artère lorsqu'elle est bouchée), les patients à risque sont revus en consultation spécialisée. Depuis un an, près de 300 personnes ont bénéficié de ce suivi sur mesure. Elles ont été repérées grâce à un test développé par les équipes des Pr Bonnet et Alessi de la Timone.

Pour éviter une rechute après la pose d’un stent coronaire (ressort utilisé pour dilater une artère lorsqu’elle est bouchée), les patients à risque sont revus en consultation spécialisée. Depuis un an, près de 300 personnes ont bénéficié de ce suivi sur mesure. Elles ont été repérées grâce à un test développé par les équipes des Pr Bonnet et Alessi de la Timone.

Après la pose d’un stent coronaire, les patients doivent prendre un traitement anti-agrégeant plaquettaire (aspirine + clopidogrel) qui réduit le risque de formation d’un caillot dans le stent. Or, certaines personnes sont « résistantes » à ce traitement. Elles ont donc plus de risques d’être victimes d’une thrombose de stent, complication rare mais potentiellement très grave.

Afin de détecter ces patients résistants aux traitements habituels, les Dr Quilici et Cuisset ont ouvert une consultation spécialisée au sein du service de cardiologie du Pr Bonnet à la Timone, en collaboration avec le laboratoire d’hématologie des Pr Juhan-Vague, Alessi et Morange ainsi que du Dr Frère.
Grâce à leurs travaux de recherche, les équipes ont validé des tests plaquettaires et proposent aux malades un traitement individualisé et renforcé si besoin, en fonction des résultats.

Ce type de consultation plaquettaire est très nouveau en France et l’AP-HM avec la Timone est, avec la Pitié-Salpétrière, l’un des deux centres pilotes dans ce domaine.

Ce suivi a également permis aux cardiologues de la Timone de constater un fait inquiétant : près de 15% des malades ne suivent pas leur traitement après la pose d’un stent, ce qui les expose à un risque élevé de récidives. D’où la nécessité de renforcer l’éducation de ces patients pour améliorer leur compliance au traitement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.