Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Centre urgences-réanimations : les travaux démarrent

Le chantier du futur centre urgences-réanimations a démarré en septembre. Cette opération majeure du plan directeur du CHU de Rennes renouvellera totalement les conditions d'accueil et de prise en charge des patients venant aux urgences.

Le chantier du futur centre urgences-réanimations a démarré en septembre. Cette opération majeure du plan directeur du CHU de Rennes renouvellera totalement les conditions d’accueil et de prise en charge des patients venant aux urgences.

Les premiers travaux, invisibles de l’extérieur, visent à adapter les galeries médicales et logistiques qui relient les principaux bâtiments du site de l’Hôpital Pontchaillou. Le premier impact concret sera, dès le début 2007, la mise en place d’une liaison pneumatique pour l’acheminement des examens biologiques entre les différents bâtiments cliniques et les laboratoires. Ce n’est qu’aux mois d’octobre-novembre 2006, que les riverains et les hospitaliers pourront voir l’emprise de ce chantier en plein coeur du site de l’Hôpital Pontchaillou.

Ce nouveau bâtiment, qui va nécessiter deux ans de travaux (jusqu’en 2009), abritera
– au niveau -1 : le bloc opératoire des urgences (5 salles + salle de réveil) et les lits périopératoires ; un plateau d’imagerie tronc-thorax ;
– au niveau 0 : le service des urgences et les lits d’UHCD (unité Duhamel) ; un plateau d’imagerie dédié aux urgences ;
– au niveau 1 : les services de réanimation médicale et chirurgicale ;
– au niveau 2 : les bureaux de l’anesthésie, des réanimations et des locaux d’enseignement ; une unité de médecine post-accueil : l’unité Guéhenno dont la capacité passe de 19 à 30 lits d’hospitalisation complète ;
– au niveau 3 : une unité de soins continus de réanimation de 12 lits : 6 lits réanimation médicale et 6 lits réanimation chirurgicale (cette unité n’existe pas aujourd’hui) ; la coordination des prélèvements d’organes ; une unité hospitalière sécurisée interrégionale de 19 lits destinée à l’accueil des détenus. Cette unité entièrement créée à l’ouverture du Centre urgences-réanimation comptera parmi les 7 unités prévues en France pour hospitaliser les détenus malades. Son fonctionnement reposera sur une collaboration étroite avec les services de police et les services pénitentiaires.

Le cout de cette opération est de 60 millions d’euros dont le financement est assuré majoritairement par le CHU lui-même et par une subvention au titre du plan « Hôpital 2007 ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.