Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Certifié avec suivi! 2 points forts :Onco-radiothérapie et ostéoporose

Certification Version 2 : le CHR se félicite des résultats positifs du rapport. La Haute Autorité en Santé reconnait l'exemplarité de l'oncoradiothérapie et de l'ostéoporose ; elle ne relève que deux recommandations de type II.

Certification Version 2 : le CHR se félicite des résultats positifs du rapport. La Haute Autorité en Santé reconnait l’exemplarité de l’oncoradiothérapie et de l’ostéoporose ; elle ne relève que deux recommandations de type II.

L’information interactive sur les traitements d’onco-radiothérapie par le personnel manipulateur en électroradiologie.
En onco-radiothérapie, un groupe de réflexion UPAC (Unité Pluridisciplinaire d’Accompagnement en Cancérologie) est porté depuis 2003 par le personnel paramédical et contribue à la qualité de l’information, notamment dans le domaine de l’annonce du diagnostic et du déroulement des séances de radiothérapie.

Le dépistage précoce et la prise en charge de l’ostéoporose
Une école de l’ostéoporose a été créée depuis huit ans, en coopération avec l’IPROS (association Institut de Recherche et de Prévention contre l’Ostéoporose), les groupes EQUILIBRE, le service de chirurgie orthopédique et le service de gériatrie. Cette école organise des ateliers ouverts gratuitement aux patients hospitalisés, au grand public et aux patients consultants pour un examen densitométrique.

Les experts de la HAS ont également souligné le dynamisme de la démarche d’Evaluation des Pratiques Professionnelles et la qualité des 19 projets présentés à la HAS. En effet, sur 19 projets présentés, 16 ont bénéficié d’une cotation de niveau A. Une sous commission de la CME « EPP- FMC » vise aujourd’hui à pérenniser cette démarche au sein de l’établissement à travers l’accompagnement des projets des équipes et le développement de la formation.

Le rapport définitif compte donc 77% de cotations de niveau A, 20% de cotations B, seulement 2% de cotations C et aucune cotation D.

Le CHR fait l’objet d’une certification avec suivi et devra produire un rapport de suivi en mars 2008 sur les décisions de type II :
1.Garantir le respect des bonnes pratiques de prescriptions médicales en Médecine Chirurgie Obstétrique
2.Garantir la conformité et la traçabilité de l’administration tout en supprimant les retranscriptions en Médecine Chirurgie Obstétrique et Soins de Longue Durée

Dès avril 2007, un audit de pratiques a été mené sur ces thématiques afin de définir avec les équipes des actions d’amélioration.

Par ailleurs, le CHR devra mettre en place des actions correctives d’ici la prochaine certification en 2011, sur les recommandations de type I :
Généraliser l’appropriation et le respect des bonnes pratiques d’entretien des locaux
Assurer les respect des contrats entre services et garantir la fiabilité des données relatives à la disponibilité des lits afin d’améliorer les flux des patients hospitalisés depuis le SAU

Un forum sur les urgences a été mis en place afin de proposer des actions d’amélioration sur les flux de patients aux urgences et un programme d’actions a été initié sur les bonnes pratiques d’entretien des locaux.

Le programme d’actions qualité du CHR a été revu en fonction de l’ensemble des remarques du rapport de la Haute Autorité de Santé et guidera la démarche d’amélioration de la qualité de l’établissement dans les années à venir.

La visite de certification version 2 de la HAS s’est déroulée au CHR d’Orléans en février 2007 et a mobilisé environ 300 professionnels de l’établissement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”