Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chirurgie ex-vivo des artères rénales : une technique unique en France

La reconstruction extra corporelle des artères rénale est une intervention extrêmement lourde qui peut durer entre 4 à 6 heures. Cette chirurgie extra corporelle est indiquée dans les cas de lésions les plus complexes, responsables d’hypertension artérielle (HTA) sévère. Rares sont les patients éligibles et tout aussi rares sont les chirurgiens qui maîtrisent cette technique particulièrement délicate. Au CHU de Saint Etienne, au sein de l’unité de Chirurgie Cardio-Vasculaire du CHU, centre de référence national de chirurgie ex-vivo des artères rénales, les spécialistes opèrent.

La reconstruction extra corporelle des artères rénale est une intervention extrêmement lourde qui peut durer entre 4 à 6 heures. Cette chirurgie extra corporelle est indiquée dans les cas de lésions les plus complexes, responsables d’hypertension artérielle (HTA) sévère. Rares sont les patients éligibles et tout aussi rares sont les chirurgiens qui maîtrisent cette technique particulièrement délicate. Au CHU de Saint Etienne, au sein de l’unité de Chirurgie Cardio-Vasculaire du CHU, centre de référence national de chirurgie ex-vivo des artères rénales, les spécialistes opèrent le plus souvent de jeunes femmes qui souhaitent devenir mères mais ne le peuvent pas car la grossesse pourrait entraîner une rupture de leur artère rénale.
La chirurgie ex-vivo est indiquée lorsque les lésions touchent les branches de division situées profondément au niveau du hile du rein et qu’un traitement endovasculaire par des dilatations artérielles ou la mise en place de stent serait inefficace. Ce traitement traditionnel des rétrécissements aortiques est en effet adapté aux principales lésions des artères rénales à savoir les sténoses athéromateuses, les anévrysmes et les dysplasies (successions de rétrécissements – sténoses – et de dilatations) et aux lésions situées sur le tronc de l’artère rénale.
Le rein extrait de la cavité abdominale
L’opération ex-vivo des artères rénales est une reconstruction hors du corps de l’artère rénale également appelée auto transplantation rénale. Dans un premier temps, un greffon artériel (artère hypogastrique le plus souvent, veine saphène ou artère fémorale superficielle) est prélevé pour effectuer la réparation de la zone artérielle à traiter. Le rein est ensuite extériorisé de l’abdomen après clampage et section de l’artère rénale. Il est placé dans un plateau rempli de glace pilée stérile et perfusé sous pression avec une solution de conservation. Cette méthode de conservation, également utilisée pour les greffes de rein, permet de travailler jusqu’à 20 heures sur un rein non vascularisé. La réparation artérielle est alors effectuée après résection de l’artère pathologique. Après contrôle artériographique per opératoire pour s’assurer de l’absence de fuite au niveau des anastomoses, le rein est repositionné cette fois-ci dans la fosse iliaque, avec réimplantation de la veine rénale sur la veine iliaque et l’artère rénale réparée sur l’artère iliaque primitive. L’intervention dure entre 4 et 6 heures.
Une sécurité maximale
Il s’agit d’une chirurgie lourde, nécessitant la prise en charge post opératoire en service de soins continus pour une surveillance intensive de 24 à 48 heures et une hospitalisation dans le service de Chirurgie cardio vasculaire de 8 à 10 jours. La reprise de la fonction rénale, la normalisation des chiffres tensionnels, la restauration de l’autonomie et le contrôle de la douleur sont les principaux critères mesurés tout au long de l’hospitalisation.
Cette technique offre une sécurité maximale, en optimisant le confort du chirurgien, le contrôle de  la bonne qualité du geste réalisé ainsi que la protection du rein. L’utilisation de greffons artériels comme matériel de substitution permet d’obtenir d’excellents taux de perméabilité à long terme. Parallèlement, les résultats en termes de contrôle de l’HTA sont très satisfaisants.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.