Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chirurgie réparatrice : une auxiliaire avec trois dents et une ventouse

L'hirudo medicinalis ou sangsue médicinale en plein soinAspirer le sang du patient quand il stagne dans les veines et contribuer au succès d'une néovascularisation. Tâche délicate qui incombe à une étonnante auxiliaire : l'hirudo medicinalis ou sangsue médicinale ou encore sangsue officinale. Sollicitée lors de souffrance veineuse dans le cadre de réimplantations de doigt ou de lambeaux cutanés à l'occasion d'une chirurgie réparatrice ou reconstructrice, elle opère à jeun (depuis trois mois) et aspire pendant 20 à 30 minutes le sang du patient. Une technique où elle excelle grâce à sa sécrétion anticoagulante : l'hirudine.

Aspirer le sang du patient quand il stagne dans les veines et contribuer au succès d’une néovascularisation. Tâche délicate qui incombe à une étonnante auxiliaire : l’hirudo medicinalis ou sangsue médicinale ou encore sangsue officinale. Sollicitée lors de souffrance veineuse dans le cadre de réimplantations de doigt ou de lambeaux cutanés à l’occasion d’une chirurgie réparatrice ou reconstructrice, elle opère à jeun (depuis trois mois) et aspire pendant 20 à 30 minutes le sang du patient. Une technique où elle excelle grâce à sa sécrétion anticoagulante : l’hirudine.

L’hirudo medicinalis ou sangsue médicinale en plein soinCrédit photo CHU de Rouen

Préférée à la scarification ou à l’application locale de compresses héparinées, la suscion de la sangsue permet souvent d’éviter une reprise chirurgicale. Dans ce cas, pas d’anesthésie ou de bloc opératoire, et par conséquent un moindre coût ! Cependant, cette technique a aussi ses contraintes. Elle nécessite un gros investissement infirmier : il faut attraper la sangsue, la positionner sur le patient, contrôler et surveiller le déroulement du soin, la récupérer lorsqu’elle est repue, et parfois la chercher lorsqu’elle est tombée et qu’elle tente de s’échapper !

Chronophage, elle demande également à l’équipe soignante de prendre le temps d’éduquer le patient. En effet, la réussite de ce soin implique l’adhésion totale de ce dernier. Il faut le convaincre de l’intérêt de ce soin et l’inviter à participer à son traitement en surveillant les sangsues, en les remettant en place si nécessaire, en prévenant quand elles sont repues pour éviter qu’elles ne tombent.

Les sangsues sont généralement repues au bout de 20 à 30 minutes, mais cela peut prendre une heure. À usage unique, elles sont considérées et utilisées comme des médicaments, sur prescription médicale. Les sangsues sont donc stockées à la pharmacie hospitalière, qui en dispose à toute heure du jour ou de la nuit.
Il y a cinq ans, quand le service a commencé l’expérience, il fallait les faire venir de Caen par Chronopost ! Aujourd’hui, il y a en permanence au moins un patient concerné par cette technique dans l’unité de chirurgie plastique.

Appropriation de la technique
L’utilisation des sangsues ne fait pas partie des actes infirmiers référencés. L’apprentissage de l’équipe s’est donc fait sur le terrain. Il a fallu faire face aux réticences des infirmières tant au sujet de la technique que de l’animal lui-même. Les résultats obtenus ont plaidé en faveur de cette auxiliaire, qui existe en fait depuis des siècles et dont on redécouvre les vertus. Aujourd’hui, force est de constater son succès ! Près de la moitié des CHU utilise cette technique qui reste très innovante.

Prix d’achat d’une sangsue : 7 euros
La sangsue a trois dents, pas d’yeux et une ventouse…

D’après un article de Salima Kari, Laurence Langlois (IDE) et Martine Damade (cadre de santé)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”