Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancéro-Biologie : le PCBio nouveau pôle de référence franc-comtois

Dans le cadre de son plan d’investissement et de modernisation, le CHRU de Besançon a lancé en septembre 2010 le projet de construction d’un bâtiment dédié aux activités de cancérologie et de biologie : le PCBio. Assurer une meilleure prise en charge des patients suivis en cancérologie, améliorer les conditions de travail des équipes et accroître la rapidité du service rendu aux patients, sont les enjeux majeurs qui ont prévalu à la mise en œuvre de ce projet. Un chantier d’envergure qui a mobilisé, pendant près de 5 ans, l’ensemble des équipes de l’établissement.

En septembre 2010  le CHRU de Besançon lançait le projet de construction d’un bâtiment dédié aux activités de cancérologie et de biologie : le PCBio. Edifié dans le cadre du plan d’investissement et de modernisation du CHRU pour un montant de 65 millions d’euros, le  Pôle Cancéro-Biologie s’étend sur 19 000 m², à proximité immédiate du CHRU Jean Minjoz. Sa vocation : assurer une meilleure prise en charge des patients suivis en cancérologie, améliorer les conditions de travail des équipes et accroître la rapidité du service rendu aux patients. Près de 5 ans après, le 3 juillet 2015 se tenait la cérémonie de remise des clés du bâtiment PCBio en présence des professionnels de l’établissement et des partenaires associés à ce projet structurant pour l’offre de soins franc-comtoise.
Pour Patrice Barberousse, Directeur général du CHRU « Organiser la remise des clés du PCBio est un honneur et une récompense. Ce chantier a été conduit de façon exemplaire, les délais et les budgets ont été respectés à l’heure et à l’euro près. Ceci est suffisamment exceptionnel pour être souligné ».
Le bâtiment accueillera, dès l’automne 2015, les 11 laboratoires du pôle biologie au sein d’un plateau unique doté d’équipements et d’installation modernisés organisé en trois secteurs : un tri des prélèvements, un secteur infectieux et un secteur molécules-cellules. Deux nouveaux dispositifs technologiques seront alors activés : un plateau automatisé de 400 m2  pour les analyses de routine et le regroupement de techniques d’analyses en plate-forme technologiques pour la biologie moléculaire, les méthodes séparatives et la radio immuno analyse.
Les activités de cancérologie seront regroupées dans le PCBio avec notamment la radiothérapie et son plateau technique de dernière génération (4 accélérateurs de particules), la curiethérapie et un bunker à haut débit, l’unité de chimiothérapie de 45 places, le plateau de consultations commun à l’oncologie et aux soins de support, 30 lits d’hospitalisation complète pour la radiothérapie et l’oncologie, l’unité de pharmacie clinique oncologique pour la préparation des anticancéreux, des locaux dédiés à la recherche… Le siège de l’Institut régional fédératif du cancer (IRFC), dont la mission principale est de développer une politique coordonnée de la prise en charge en Franche-Comté, sera également hébergé au sein du nouveau bâtiment.
Les déménagements de l’ensemble des services s’échelonneront entre octobre 2015 et mars 2016.
L’investissement de 65 millions d’euros a été financé à 50 % par le Ministère de la Santé. La participation des collectivités territoriales s’élève à 7,7 millions d’euros. La Ligue contre le cancer apporte également une contribution d’1 million d’euros en équipements et aides diverses.
La conception et le projet architectural ont été menés par le cabinet d’architectes AIA, Architectes ingénieurs associés. Le chantier a été réalisé par le groupement Verazzi / Campenon Bernard Franche-Comté, groupe Vinci.
Certifié Haute qualité environnementale (HQE), le PCBio s’inscrit également dans la labellisation Bâtiment basse consommation (BBC Effinergie).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.