Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CHU de Nancy : 1er centre au monde à ouvrir l’étude EPOCH portant sur la maladie d’Alzheimer

Plus de 200 centres participent à travers le monde à l’étude clinique EPOCH sur la maladie d’Alzheimer et le coup d’envoi revient au Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lorraine (CMRR) du CHU de Nancy labellisé depuis 2003 et installé dans le service de Gériatrie du Pr Athanase Bénétos. 4 ans, c’est la durée de cette étude clinique internationale promue par un laboratoire pharmaceutique américain et portant sur l’efficacité d’un nouveau médicament pour bloquer les actions de l’enzyme Bace (beta sécrétase) qui contribuerait au déclenchement et à l’évolution de la maladie d’Alzheimer. Explications.

Plus de 200 centres participent à travers le monde à l’étude clinique EPOCH sur la maladie d’Alzheimer et le coup d’envoi revient au Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lorraine (CMRR) du CHU de Nancy labellisé depuis 2003 et installé dans le service de Gériatrie du Pr Athanase Bénétos.  4 ans, c’est la durée de cette étude clinique internationale promue par un laboratoire pharmaceutique américain et portant sur l’efficacité d’un nouveau médicament pour bloquer les actions de l’enzyme Bace (beta sécrétase) qui contribuerait au déclenchement et à l’évolution de la maladie d’Alzheimer. Explications.

Les médicaments actuellement commercialisés contre la maladie d’Alzheimer ont pour caractéristique essentielle de traiter les symptômes de la pathologie mais pas de la ralentir ni de la stabiliser. L’étude clinique internationale EPOCH qui a démarré en France au CMRR du CHU de Nancy, depuis la fin du mois de novembre 2012, vise à déterminer si le médicament à l’étude se révèlera efficace pour bloquer l’un des mécanismes majeurs impliqués dans la maladie d’Alzheimer : la formation de plaques dans le cerveau par l’accumulation anormale de peptides amyloïdes, stimulée par l’enzyme Bace.

1960 patients volontaires au stade léger ou modéré de la maladie d’Alzheimer se prêteront à l’étude clinique dans 21 pays  dont la France avec 115 patients. Pendant la première phase de traitement, les patients du CHU de Nancy et des autres centres, recevront en aveugle soit un placebo soit le médicament à différentes doses. Les dosages les plus adaptés pour les patients seront retenus dans une seconde phase. Les participants à l’étude seront soumis en parallèle à des examens pour mesurer l’évolution de la maladie d’Alzheimer qui pourra notamment être suivie par Pet Scan, IRM et ponction lombaire. De la même façon une surveillance particulière sera conduite dans le domaine de l’ophtalmologie.

Cette première ouverture internationale d’un centre au CMRR du CHU de Nancy résulte d’un travail efficace mené en commun entre l’équipe de recherche du CeGEPS Est (Centre de gestion des essais de produits de santé pour l’inter région Est), et 4 équipes médicales du CHU de Nancy : l’ophtalmologie (Pr Karine Angioi), la neuroradiologie (Pr Serge Bracard), la médecine nucléaire (Pr Pierre-Yves Marie) et la pharmacie (Dr Isabelle May), avec le soutien des directions référentes de l’établissement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.