Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nancy labellisé Centre spécialisé en obésité

Le CHU de Nancy a accueilli plus de 5 000 patients obèses en 2010. Comme 37 centres en France, sa reconnaissance, par le Ministère de la Santé, du label « Centre spécialisé en obésité » fait de l’établissement un acteur central pour la prise en charge globale des patients atteints d’obésité sévère ou multi compliquée. Le centre spécialisé de Nancy, sous la coordination du Pr Olivier Ziegler, chef du service Diabétologie Maladies Métaboliques Nutrition, remplit deux missions principales : le traitement de l’obésité sévère par la promotion de la pluridisciplinarité (chirurgie, médecine, rééducation, psychologie, diététique, etc …) et la structuration de la filière en région Lorraine conjointement avec le CHR de Metz-Thionville également doté d’un centre spécialisé. Explications.

Le CHU de Nancy a accueilli plus de 5 000 patients obèses en 2010. Comme 37 centres en France, sa reconnaissance, par le Ministère de la Santé, du label « Centre spécialisé en obésité » fait de l’établissement un acteur central pour la prise en charge globale des patients atteints d’obésité sévère ou multi compliquée. Le centre spécialisé de Nancy, sous la coordination du Pr Olivier Ziegler, chef du service Diabétologie Maladies Métaboliques Nutrition, remplit deux missions principales : le traitement de l’obésité sévère par la promotion de la pluridisciplinarité (chirurgie, médecine, rééducation, psychologie, diététique, etc …) et la structuration de la filière en région Lorraine (conjointement avec le CHR de Metz-Thionville également doté d’un centre spécialisé) afin de rendre l’offre de soins plus lisible pour les patients comme pour les professionnels de santé et faciliter la diffusion des compétences sur le territoire lorrain. Explications.
Cette labellisation est la reconnaissance d’une expertise et d’une expérience des équipes du CHU de Nancy impliquées dans le traitement et le suivi des patients obèses depuis plus de trente ans. Elle réaffirme le positionnement pilote de l’établissement dans la prise en charge de cette pathologie, qui touche plus de 17% des Lorrains (17,6% en 2009 – Enquête ObEpi-Roche). Selon l’Organisation Mondiale de la Santé qui l’a reconnue comme maladie en 1997, l’obésité se caractérise par « une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ». Un suivi médical adapté (bilan, traitement médical ou chirurgical), leur éducation thérapeutique et l’accueil de ces patients dans de bonnes conditions impliquent, pour un établissement hospitalier, l’anticipation des questions liées à leur corpulence et à leurs problèmes de mobilité.
Les services hospitaliers qui accueillent le plus de patients bariatriques (du grec « baros » comme poids et « iatros » médecin, ce terme étant utilisé pour l’obésité sévère)  sont ceux qui, par définition, s’occupent des pathologies dont souffrent le plus fréquemment les personnes de forte corpulence : diabète, maladies cardio-vasculaires et hypertension, ostéo-arthrite, certains cancers et les maladies respiratoires. En effet, la corrélation est grande entre obésité et problèmes respiratoires : les personnes obèses ne faisant plus beaucoup d’activités, leur état général se dégrade et entraîne un encombrement progressif du système pulmonaire. Le fait de ne plus pouvoir s’allonger correctement empêche également le drainage convenable des poumons.
Ainsi, en 2010, sur près de 5 230 patients obèses pris en charge au CHU de Nancy,  près de la moitié a été hospitalisée en diabétologie, maladies métaboliques et nutrition, environ un quart dans le service des maladies respiratoires et en cardiologie. Afin de pouvoir garantir à ces patients tous les services liés à une prise en charge médicale ou chirurgicale et d’hébergement de qualité, l’établissement lorrain a intégré dans ses bâtiments des espaces et des équipements dédiés.
La mobilité des patients est de façon générale problématique et elle se pose avec d’autant plus d’acuité lorsqu’ils sont en surpoids. C’est pourquoi des chambres ont été équipées et sont réservées prioritairement à l’accueil de patients handicapés par un excès de poids très important : au plafond un rail électrifié sur lequel circule un cintre muni de sangles permet de les transporter du lit à la salle de bains. Il y en a 5 au service Maladies Respiratoires et 2 dans le service Diabétologie, Maladies Métaboliques et Nutrition. Accueillir des personnes de forte corpulence impose également une réflexion sur tout le matériel utilisé : les fauteuils dans ces chambres sont plus larges, les fauteuils roulants utilisés par les brancardiers ont une assise plus grande, les lits sont adaptés pour pouvoir accueillir confortablement des patients en surpoids dont un permet de les peser.
Les IRM traditionnelles sont accessibles aux personnes en surpoids mais avec une réserve sur la qualité des examens dans les cas extrêmes de surcharge pondérale. En revanche le scanner offre des possibilités plus étendues puisque la circonférence de la machine peut aller jusqu’à 70 cm et le poids maximum supporté atteindre 210 kilos. La Maternité Régionale Universitaire s’est équipée d’une nouvelle IRM « à large tunnel »,  une des premières dans la région, qui permet d’accueillir des publics spécifiques aux côtés des femmes enceintes dont les personnes de forte corpulence.

Le CHU de Nancy a fait ses preuves dans les domaines médical et médico-chirurgical (chirurgie bariatrique), reste pour l’établissement à poursuivre ses efforts pour doter ses services des équipements nécessaires à leur hébergement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.