Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CHU-NIMES.fr #3

Responsive, ergonomique, moderne, intuitif, la nouvelle version du site internet du CHU de Nîmes montre un établissement en mouvement. Conçu pour faciliter l'accès des patients à la dizaine de pôles médicaux et aux professionnels qui exercent dans ces unités, le site leur propose aussi de consulter leurs examens de radiologie en ligne et d'opter pour un paiement sécurisé des actes.
Responsive, ergonomique, moderne, intuitif, la nouvelle version du site internet du CHU de Nîmes montre un établissement en mouvement. Conçu pour faciliter l’accès des patients à la dizaine de pôles médicaux et aux professionnels qui exercent dans ces unités, le site leur propose aussi de consulter leurs examens de radiologie en ligne et d’opter pour un paiement sécurisé des actes. .

Les professionnels ont à leur disposition des données sur le fonctionnement de l’établissement, les filières d’urgences, les réseaux et partenariats… Ils peuvent aussi s’abonner à la newsletter médicale
Dès la page d’accueil, le site pointe sur les pages enseignement, avec des pages sur la faculté de médecine, l’école de sages-femmes et les 4 instituts de formation de soignants. La recherche est présente à travers ses équipes et l’organisation d’un espace chercheurs dédié. « Avec 1,3 millions de pages consultées en 2016, le site Internet du CHU de Nîmes constitue la porte d’entrée privilégiée pour les usagers vers notre établissement » rappelle Martine Ladoucette, Directrice générale du CHU de Nîmes.
Mis en ligne en 2008, le site en est à sa troisième version. « La communauté médicale a largement participé à la modernisation du site et les spécialistes ont saisi cette occasion pour détailler leur activité auprès du grand public et des professionnels » indique le Pr Pierre Marès, Président de la sous-commission Communication de la Commission médicale d’établissement (CME) du CHU. A cette fin des échanges ont été organisés avec le Conseil de l’Ordre des médecins du Gard.
Parmi les nouveautés, le site intègrera progressivement des séquences vidéo présentant les différents services médicaux ainsi que des témoignages de personnels hospitaliers dans la rubrique « Travailler au CHU ».
CHU 2.0, Nîmes a mis en lien ses comptes Facebook, Twitter, Linkedin et Youtube depuis sa page d’accueil. A ce titre, le CHU figure parmi les établissements de santé les plus suivis en France (9e CHU sur Twitter et 8e sur Linkedin). "Les réseaux sociaux permettent des échanges directs entre les usagers et l’établissement et favorisent aussi le sentiment d’appartenance des hospitaliers puisque de nombreux personnels du CHU nous suivent sur les réseaux sociaux" précise Benjamin Héraut, responsable du service Communication et des Relations publiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.