Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CHU numérique, Montpellier plus accessible grâce aux bornes interactives d’accueil et d’admission

A Montpellier, les patients ayant rendez-vous avec l’un des spécialistes de l’hôpital Gui de Chauliac peuvent désormais retirer leurs dossiers d’admission (étiquettes et fiche de circulation) à partir de l’une des 4 bornes interactives installées dans le hall. Munis de ces documents, ils rejoignent directement leur lieu de consultation sans passer par la case admissions. Cette initiative simplifie et accélère les démarches administratives des 600 et 800 consultants réguliers qui se rendent chaque jour à l'hôpital.
A Montpellier, les patients ayant rendez-vous avec l’un des spécialistes de l’hôpital Gui de Chauliac peuvent désormais retirer leurs dossiers d’admission (étiquettes et fiche de circulation) à partir de l’une des 4 bornes interactives installées dans le hall. Munis de ces documents, ils rejoignent directement leur lieu de consultation sans passer par la case admissions. Cette initiative simplifie et accélère les démarches administratives des 600 et 800 consultants réguliers qui se rendent chaque jour à l’hôpital.
Pour le directeur général, Thomas Le Ludec, ce projet innovant fait du CHU un établissement plus accessible. C’est une étape dans le renouveau des échanges avec les patients " Je suis convaincu que le développement des outils numériques est une opportunité pour repenser les relations entre les usagers et l’hôpital". 
Déchargés de la gestion des demandes les plus simples, les personnels de l’accueil traiteront en priorité les dossiers compliqués. Aucune réduction d’effectifs n’est prévue. Pour aider les patients à appréhender ce nouvel outil, des personnes du service civique se tiennent à la disposition des patients à l’entrée du site.
A une semaine, le bilan est très positif : les patients semblent apprécier la facilité d’utilisation et les ambulanciers, qui souvent accompagnent les patients dans la réalisation de leurs démarches pour les patients, y sont favorables. Depuis le démarrage, ce sont déjà 30 % des patients du site qui ont retiré leur dossier complet à la borne.
Après validation de la phase d’expérimentation en cours, les hôpitaux Lapeyronie, Arnaud de Villeneuve et St Eloi seront également équipés. 
Pour en savoir plus
Les bornes interactives du CHU de Montpellier en vidéo

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.