Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Clermont-Ferrand se vaccine contre la grippe

Le 25 octobre, Alain Meunier, directeur général du CHU, André Salagnac, Directeur général adjoint et le Pr Henri Laurichesse, président de la Commission médicale d’établissement, montreront l’exemple en se faisant vacciner dans le hall de l’établissement. Un geste de prévention particulièrement recommandé aux professionnels de santé. Plus exposés, ils doivent se protéger et protéger les autres, à savoir les patients fragiles, insuffisants cardiaques, respiratoires, personnes âgées de plus de 65 ans ainsi que leur entourage familial et professionnel.

Le 25 octobre, Alain Meunier, directeur général du CHU, André Salagnac, Directeur général adjoint et le Pr Henri Laurichesse, président de la Commission médicale d’établissement, montreront l’exemple en se faisant vacciner  dans le hall de l’établissement. Un geste de prévention particulièrement recommandé aux professionnels de santé. Plus exposés, ils doivent se protéger et protéger les autres, à savoir les patients fragiles, insuffisants cardiaques, respiratoires, personnes âgées de plus de 65 ans ainsi que leur entourage familial et professionnel.
La grippe n’est pas une maladie bénigne : au cours des trois derniers hivers, en Auvergne, 55 personnes ont été hospitalisées en Réanimation Soins Intensifs pour une grippe*.
Un nouveau vaccin
Le vaccin contre la grippe qui n’avait pas notablement changé en 2011  a vu sa composition largement modifiée pour l’hiver 2012-2013.  Conformément aux recommandations des experts de l’Organisation mondiale de la santé, deux de ses trois souches ont été changées afin à mieux faire correspondre les souches du vaccin avec les virus grippaux qui ont circulé l’hiver dernier. Ainsi les souches A (H3N2) et B contenues dans le vaccin sont nouvelles et la souche A(H1N1) de la pandémie de l’année 2009 – qui continue à circuler – a été conservée.
Les vaccins grippaux « saisonniers » disponibles en France gardent les caractéristiques des  vaccins des années précédentes : ils sont inactivés (fragmentés ou composés de sous-unités vaccinales), ne comportent pas d’adjuvants et sont aussi bien tolérés. Le vaccin utilisé au CHU ne contient pas d’aluminium.
*données InVS

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.