Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cohortes : Nancy 2 fois lauréat !

Le verdict du jury international du projet « Cohortes » est tombé : le CHU et l'université de Nancy seront doublement impliqués dans la recherche en Santé Publique. Parmi 44 dossiers déposés suite à l'appel à projets « Cohortes », seuls 10 ont été retenus au niveau national, dont les 2 projets soutenus par le CHU de Nancy.

Le verdict du jury international du projet « Cohortes » est tombé : le CHU et l’université de Nancy seront doublement impliqués dans la recherche en Santé Publique. Parmi 44 dossiers déposés suite à l’appel à projets « Cohortes », seuls 10 ont été retenus au niveau national, dont les 2 projets soutenus par le CHU de Nancy.

Financées par 200 millions d’euros, les cohortes sont des populations de sujets, sains ou malades, suivies pendant plusieurs années sur une thématique donnée. Le but de ces études à grande échelle ? Etudier les déterminants biologiques, sociaux, comportementaux, économiques et environnementaux de la santé, pour comprendre l’évolution des maladies. Le Pr Francis Guillemin, directeur du Centre d’Investigation Clinique « Epidémiologie clinique » y adhère pleinement.
Le CKD-Rein (Chronic Kidney Disease), premier projet soutenu par le CHU de Nancy, s’intègre à un programme de recherche international dans le domaine de l’insuffisance rénale. Il propose de suivre sur 8 ans une cohorte de 3 600 patients porteurs d’une maladie chronique du rein pour explorer les causes de l’apparition d’une insuffisance rénale. Le second projet, intitulé OFSEP (Observatoire Français de la Sclérose en Plaques), développe une cohorte française de patients porteurs de sclérose en plaques en l’enrichissant de données biologiques, d’imagerie et de données socio-économiques.

Ces projets, portés également par d’autres établissements hospitaliers et d’autres universités en France, sont de véritables outils épidémiologiques visant à améliorer la prise en charge des patients et le développement de nouvelles thérapies dans la recherche sur les maladies rénales et la sclérose en plaques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.