Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Conséquence de la T2A sur le budget du CHU

Préoccupé par les conséquences du nouveau dispositif de financement à l'activité, le CHU de Fort de France, insiste sur la nécessité de mieux prendre en compte le contexte géographique, économique et social de la Martinique ainsi que les missions et le rôle de l'établissement au sein de la caraïbe.

Préoccupé par les conséquences du nouveau dispositif de financement à l’activité, le CHU de Fort de France, insiste sur la nécessité de mieux prendre en compte le contexte géographique, économique et social de la Martinique ainsi que les missions et le rôle de l’établissement au sein de la caraïbe.

L’insularité et l’éloignement de la métropole obligent le CHU à assurer des services hautement spécialisés, mais qui ne pourront être « rentabilisés » par la T2A du fait d’un bassin de population limité (380 000 habitants en Martinique). Il en va ainsi, pour la chirurgie cardiaque, le service des brûlés ou encore pour certains laboratoires très spécialisés. « Au nom de la rentabilité, faut-il renoncer à des services qui seront obligatoirement toujours plus coûteux que leurs homologues de métropole? Ces activités qui doivent être maintenues, au nom du principe d’égalité d’accès aux soins, devront être financées en tout ou partie dans les MIGAC et non uniquement par le biais des tarifs.

Par ailleurs, Le CHU reste très attentif à ce que les activités à caractère général comme les activités de réseau, les consultations médicales lourdes ou spécifiques, la permanence sociale, la consultation médico judiciaire, la médecine du travail? soient intégralement financées dans les MIGAC.

Autre facteur handicapant : l’environnement économique et social difficile des Antilles
Les hôpitaux martiniquais ont accumulé au cours des années des créances irrécouvrables auprès des populations en situation précaire et des ressortissants des pays étrangers voisins. Ainsi, le montant des créances dues par des patients ressortissant des îles voisines s’est élevé pour le CHU à environ 3,5 millions d’euros pour la seule année 2004 (soit 27% des factures émises au titre des produits hospitaliers). La précarité de la population est également à l’origine de nombreuses créances irrécouvrables. Un quart des habitants de la Martinique n’ayant pas accès aux dispositifs de couverture maladie complémentaire, cela conduit le CHU à constater chaque année, un volume de créances qui seront difficilement recouvrées d’environ 2 millions d’euros. Pour pallier ces impayés, les responsables hospitaliers proposent également d’intégrer le financement des créances irrécouvrables dans les MIGAC.

Quant aux missions enseignement et recherche (MERRI), la récente création de l’UFR de médecine (1984-1987) et sa mise en place progressive, sont difficilement compatibles avec les modalités actuelles du financement des MERRI dans le cadre de la T2A. Des enveloppes spécifiques devront être définies pour permettre au CHU de se hisser au même niveau que les autres CHU de métropole.

Désavantagé par le contexte économique et social de la Martinique, le CHU de Fort-de-France plaide pour qu’il soit tenu compte de ses spécificités. Ceci devrait se traduire par un relèvement du niveau des MIGAC. «C’est à cette condition que le CHU pourra continuer à offrir des prestations équivalentes aux autres établissements de métropole » déclare Annie Ramin, Directeur Général.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”